Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / Évaluations (et pilotage par…)  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Des évaluations nationales au LPC

dimanche 15 mai 2011

notre position...

 Evaluation CM2 en fin d’année : un examen d’entrée en 6e ?

Le ministère vient d’annoncer que les évaluations nationales de CM2 se dérouleront en fin d’année scolaire à partir de 2012.

Après avoir longtemps entretenu un double discours sur ce dispositif présenté à la fois comme diagnostic et bilan, le ministère vient de lever le voile sur ses véritables intentions : ces tests ne sont que des évaluations bilans. Leurs résultats ne serviront pas aux élèves mais seulement au ministère pour disposer d’indicateurs statistiques dans le seul but de piloter le système éducatif. Le SNUipp-FSU a toujours affirmé que cet objectif pouvait être atteint en travaillant sur un échantillon représentatif.

Depuis leur mise en place, ces évaluations, de même que celles passées à la fin du CE1, ont brillé par un manque de rigueur scientifique et d’utilité pédagogique.

Placées ainsi en fin d’année, ces évaluations ne seront pas exploitables par les enseignants. Par contre, elles constituent un premier pas vers la réhabilitation d’un examen d’entrée en sixième réclamé par le parti de la majorité au pouvoir et dont on peut craindre qu’il permettra à terme d’organiser la sélection et l’orientation précoce des élèves en difficulté.

Le SNUipp-FSU rappelle que les enseignants ont besoin d’évaluer les élèves pur les aider à progresser et non pour les classer ou les sélectionner. Il demande l’abandon de ce dispositif et de véritables formations et outils professionnels au service de la réussite de tous les élèves.

 Livret de Compétences : refusons de le remplir !!!

L’obligation de remplir le LPC cette année (version papier) et l’an prochain sous forme numérique constitue un nouvel élément de contrôle et d’assujettissement de l’école aux besoins de l’économie. Indépendamment du fait (déjà condamnable) qu’il constitue une charge de travail lourde, chronophage et qui se traduira par une réduction des temps d’apprentissage, il permet la mise en place d’un nouveau fichage des élèves. Jusqu’alors, le livret scolaire était propriété de l’élève et de sa famille. Il était remis à la famille régulièrement. Il n’existait qu’en un exemplaire, dans un lieu précis. Le modèle n’était pas imposé et les renseignements étaient considérés comme confidentiels.

Désormais, il échappera aux familles et aux élèves, mais pourra permettre, dans le cadre de l’employabilité de ces derniers, d’organiser le recrutement des futurs salariés en fonction des compétences validées ou non. Nouveau « livret ouvrier » (mis en place au 19e siècle pour contrôler les travailleurs et permettre aux employeurs de connaître leurs parcours), il risque de participer à la constitution un CV numérique sur lequel le salarié n’aura plus de possibilité d’action.

Nous n’avons pas à jouer ce rôle de contrôle social, et nous appelons donc les écoles à refuser de remplir le LPC, dès cette fin d’année.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72