Retour accueil

Vous êtes actuellement : ASH   / RASED  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Compte rendu de l’audience RASED du 28 janvier

vendredi 31 janvier 2014

A notre demande, le Dasen nous a reçu en audience sur la question des RASED.

RASED : Des promesses aux actes…… ou comment faire avec une dotation de un poste pour reconstituer les RASED ?

Si le dispositif RASED est maintenu, l’audience de ce jour ne lève pas toutes les interrogations et inquiétudes qui demeurent quand à un certain nombre de points évoqués par ailleurs nationalement lors des concertations sur les fiches métier sur l’évolution du dispositif et de ses missions, sur les moyens attribués aux Réseaux d’Aides.

Positionnement du RASED
Le texte dit : « la nécessité de positionner les acteurs au niveau le plus pertinent : au niveau des écoles pour les interventions et au niveau de la circonscription pour le pilotage (« pôle ressource de circonscription »)

Quelle définition donne-t-on au pôle ressource ? Est-ce autre chose que le RASED ou le RASED est-il un pôle ressource ? Est-ce un RASED de circonscription avec un pilotage au niveau des IEN et un niveau opérationnel au niveau des écoles, organisé en antennes RASED ? Ce pôle ressource mobiliserait d’autres personnels lors de situation de crise ? Est-il permanent ou mobilisé temporairement en fonction des besoins ?

Le SNUipp-FSU est attaché à la notion d’antennes RASED définissant un secteur d’intervention précis sans exclure la possibilité occasionnelle d’un travail d’équipe élargie et pluriprofessionnelle au niveau de la circonscription pour des situations particulières ou des projets de circonscription.

Réponse du DASEN :
Le réseau d’aide est un réseau de circonscription. L’IEN en est le pilote. Des actions de circonscriptions sont dégagées en fonction des priorités identifiées. Il y a établissement d’un projet de réseau pour une année.
Les personnels sont nommés sur une école pour la gestion des frais de déplacement mais l’école de rattachement ne détermine pas forcément le secteur d’intervention.
Il va y avoir une réflexion sur le niveau le plus pertinent au niveau du département et peut-être une redéfinition des implantations. Il n’y a pas de modèle de fonctionnement « chiffré » (tant de E, G et Psy par Circo).

Question de l’enseignant-e spécialisé-e « personnel ressource » et question de la prévention :
Le texte dit :
Ressource auprès des équipes pédagogiques des écoles pour l’analyse des difficultés repérées et l’élaboration de réponses adaptées notamment par la co-construction d’outils ainsi que par des actions de prévention des difficultés, d’information et d’accompagnement des enseignant-es.
Pour le SNUipp-FSU, si cette mission est déjà à l’œuvre sur le terrain, elle ne doit pas se substituer majoritairement à l’aide directe auprès des élèves de la part des enseignant-es spécialisé-es. Cœur de leur fonction , la mission d’aide spécialisée directe doit primer sur les autres.
Par ailleurs, la notion de prévention reprise dans les textes les enseignant-es spécialisé-es travaillent collectivement avec les équipes pédagogiques, pour prévenir et remédier aux difficultés persistantes qui se manifestent à l’école….. doit pouvoir se mettre en œuvre car elle est une des clés de la lutte contre l’échec scolaire et ceci dès le plus jeune âge. A ce jour, les RASED n’ont plus les moyens d’exercer cette mission primordiale.

Réponse du DASEN :
Il est globalement d’accord avec nous mais il réaffirme les notions de priorités et d’actions dégagées par les IEN , pilotes du réseau.

Moyens qui seront consacrés à ce dispositif,
le texte dit (presque rien… !) Un travail académique sur la carte des postes dans le cadre d’un pilotage national et une relance de la formation pour répondre aux postes créés.
Le ministère renvoie les créations de postes sur les 7000 postes envisagés pour l’évolution des pratiques pédagogiques sans autres précisions. Avec une dotation de un poste dans la Sarthe, comment le département pourra t-il envisager la reconstruction des RASED ? Au delà de l’intention des textes, quelle réalité future sur le terrain ? Pour le SNUipp-FSU, il est urgent de relancer la formation pour les rééducateurs-trices afin de pourvoir chaque antenne RASED, il est urgent de reconstituer des postes E entiers pour l’ensemble des RASED et que chaque enseignant-es E qui s’est vu confisquer son poste puisse à nouveau exercer son métier, il est urgent d’envoyer des candidats à la fonction de psychologue en formation DEPS.

Réponse du DASEN :
Il ne considère pas les ME-PE comme un non-sens, pour lui c’était une réponse administrative (« gestionnaire » ?) possible. Mais il convient que c’est une organisation qui doit être revisitée pour répondre aux besoins des circonscriptions. Il y aura donc des opérations de cartes scolaires pour recréer des postes entiers et rééquilibrer les circonscriptions. Au vu des moyens, cela ne sera pas possible sur une année et retrouver le nombre de postes existants à la rentrée 2011 (52) n’est pas l’objectif à long terme.
Il va falloir déterminer des critères d’évaluation des moyens par circonscription pour proposer une carte par circonscription. Des ouvertures sont donc envisagées, mais aussi des transferts. Les postes G ne sont pas la priorité de la rentrée prochaine, mais cela n’exclut pas un possible départ en formation. Le report de la carte scolaire va donner plus de temps à la réflexion et peut-être permettre la mise en place de groupes de travail. (demandés par le SNUipp 72 depuis quelques années et revendiqués au niveau national)

De nombreuses questions restent en suspens :
Quels seraient les critères d’évaluations des moyens par circonscriptions évoqués ? Par qui et comment seront-ils définis ? Comment recenser les besoins des élèves et la charge de travail des uns et des autres ? Les critères ne doivent pas se définir à partir des seules variables quantitatives, l’aspect qualitatif de l’exercice des missions doit être envisagé et qui peut mieux aborder ces aspects que les personnels du terrain eux-mêmes ? Nous avons rappelé notre demande de groupe de travail ASH pour aborder toutes ces questions.

On sait que le ministère affiche une priorité sur les zones d’éducation prioritaire. Si la nécessité de Réseaux complets en Eclair n’est pas contestable, rappelons que la Sarthe est un département rural qui a besoin de RASED complets (E, G, Psy) équitablement répartis sur le territoire. Elèves, familles, écoles sont souvent isolés, loin des infrastructures d’aides ou de soins dans des campagnes parfois durement touchées par des problématiques économiques, sociales et culturelles.
Rappelons que les situations de crises dans les écoles, générées par des élèves au comportements difficiles, peut toucher l’ensemble des écoles de la Sarthe et que l’intervention du RASED est alors nécessaire en aval mais aussi en amont de ces situations auprès des élèves, en concertation auprès des équipes. En effet, elle pourraient parfois être évitées ou atténuées grâce à un véritable travail de prévention ou de remédiation.

Quelques chiffres :
1) Postes de rééducateurs-trices :
A ce jour, le département a perdu 10 postes G en quelques années, ils et elles sont aujourd’hui 20 rééducateurs-trices. Des écoles doivent faire avec un-e seul-e collègue pour toute une circonscription ! Si une véritable volonté de maintenir et recréer ces postes n’est pas effective, avec les futurs départs en retraite, il restera seulement 17 postes G à la rentrée 2014 (3 circonscriptions avec un-e seul-e enseignant-e option G) et 8 à la rentrée 2018 !!
C’est donc 13 départs en stage CAPA-SH option G qui sont nécessaires pour que chaque antenne réseau puisse bénéficier du travail d’un-e rééducateur-trice et pour retrouver un équilibre de répartition géographique équitable correspondant aux besoins tels qu’ils étaient jusqu’alors définis .

2) Postes d’enseignant-es spécialisé-es option E :
La mise en place du dispositif ME-PE avait généré la perte de 18 postes E. Suite aux refus et aux revendications des personnels, 17 postes ont été reconstitués (27 postes en tout à 100%), . Aujourd’hui, il subsiste néanmoins 12 postes ME-PE, 3 postes E entiers répartis en 2 demi postes sur des circonscriptions éloignées, et 4 collègues spécialisé-es E qui par défaut ont pris une classe ordinaire et souhaitent réintégrer la fonction .
Ce sont donc 9 postes Equivalent Temps Plein qu’il faut récréer pour retrouver l’ensemble des postes et pour retrouver un équilibre de répartition géographique équitable correspondant aux besoins tels qu’ils étaient jusqu’alors définis .

Postes de psychologues :
Un poste vacant cette année, faute d’anticipation de départ en stage, qui a généré une répartition de la charge de travail sur 3 autres collègues, entraînant une désorganisation et une réduction de l’exercice des missions. 5 postes au plus pourraient être vacants l’année prochaine, 2 retours de DEPS seront effectifs.
Il est donc nécessaire d’envoyer en formation au minimum les 2 candidates qui postulent pour la formation DEPS pour pourvoir l’ensemble des postes ou bien la situation pourrait être encore plus difficile à la prochaine rentrée.

Suite à cette audience, le SNUipp-FSU envisage de proposer au collectif RASED de se réunir afin d’élaborer ensemble des perspectives d’actions revendicatives visant à peser dans les choix de la politique concernant les Réseaux d’Aides aux Élèves en Difficultés du département.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72