Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carriere   / Carte scolaire (CDEN, CTSD)  


impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

CDEN du 29 février : compte rendu de la FSU

mardi 1er mars 2016

Le CDEN carte scolaire 1er degré s’est tenu le lundi 29 février. Sur les 47 fermetures prononcées par le DASEN la semaine dernière, 18 ont été levées, suite à la mobilisation des écoles (enseignant-es, parents, élu-es) et le dépôt d’un préavis de grève dans un cadre intersyndical.

En ouverture du CDEN, la FSU a lu une déclaration préalable. Pour y accéder, cliquer ici.

Ce CDEN s’est tenu en effet dans un contexte particulier. Il faisait suite à deux CTSD caractérisés par une absence totale de dialogue, ce qui avait entrainé le dépôt d’un préavis de grève de la part de l’ensemble des organisations syndicales qui siègent (FSU-UNSA-FO-CFDT). Un appel à mobilisation avait été lancé et de nombreuses écoles étaient représentées devant la préfecture, plus de 200 personnes s’étaient déplacées pour manifester leur opposition aux mesures et à l’absence de dialogue social. Depuis l’annonce des 47 fermetures, des actions de mobilisation avaient également été organisées dans plusieurs écoles (blocages, occupations, pétitions...)

Face à cette montée en puissance de la mobilisation, le DASEN a effectué un volte-face. Lors de la réunion de négociation sur le préavis de grève qui s’est tenue le lundi midi, il a annoncé qu’il revenait sur 18 des 47 fermetures envisagées !!! La tentative de passage en force a donc échoué, et le DASEN a eu beau jeu de tenter de justifier sa « méthode ». Personne n’est dupe, c’est la mobilisation d’une part et la menace d’une grève départementale qui l’a fait reculer. S’il en était besoin, voilà une nouvelle preuve que rien n’est jamais joué, et que c’est par l’action collective que l’on peut agir et obtenir gain de cause.

En ce qui concerne les modifications opérées, le Dasen a retenu les écoles se situant au seuil de fermeture ou à -1 ou -2. Cela l’a conduit notamment à ne pas prononcer de fermeture dans les écoles rurales de 3 classes (plusieurs étaient dans cette situation).

Dans ce contexte « particulier » la FSU et ses partenaires syndicaux, après avoir concerté les représentant-es des parents d’élèves ont décidé de siéger au CDEN, et de ne pas le boycotter comme prévu initialement.

Le DASEN a donc présenté la levée des fermetures qu’il envisageait. Voici la liste des écoles concernées :

  • La Ferté V. Hugo maternelle
  • Arnage G. Philippe
  • Beaufay
  • Torcé en Vallée
  • Coulongé
  • Crosmières
  • La Flèche Estournelle de Constant
  • Pontvallain
  • Le Mans Lucie Aubrac
  • Yvré l’Evêque Champ Manon Condorcet
  • Le Mans P. Belon
  • Le Mans M. Bastié
  • Chemiré le Gaudin
  • Roézé sur Sarthe
  • St Jean du Bois
  • Sablé Gai Levant (avec annulation de la création du poste de PMC)
  • Souligné Flacé
  • Souvigné sur Sarthe.

Ces écoles ne sont donc pas touchées, comme annoncée la semaine dernière par une fermeture, mais placées en comptage.

Toutes les autres (29 au total) restent donc en fermeture.

La FSU est intervenue sur plusieurs situations qui relevaient du cadre défini par le Dasen pour lever les fermetures, ainsi que pour demander des ouvertures de classes :

- Aubigné Racan : La FSU a signalé que les dernières inscriptions dans cette école lui permettaient de se situer à -1 du seuil, et qu’en conséquence, le DASEN pouvait appliquer le même traitement qu’aux autres écoles, à savoir la levée de la fermeture. Nous avons aussi rappelé que cette école était située dans un secteur durement touché par la crise économique et sociale et que ses élèves étaient pour un grand nombre en grande difficulté sociale et scolaire. Une élue du secteur est intervenue dans le même sens, sans pour autant que le DASEN revienne sur sa décision.

- RPI Courdemanche-Montreuil-St Georges : nous avons signalé que les effectifs retenus ne correspondaient pas à ceux des écoles (juste au seuil) et que la fermeture devrait être annulée.

- Montaigu maternelle  : Comme nous l’avions signalé en CTSD, cette école a bénéficié l’an dernier d’un moratoire. En effet, la livraison d’un nombre important de logements d’ici la fin de l’année en cours va nécessairement avoir des conséquences sur les inscriptions. Les parents et les enseignant-es restent très mobilisés et contestent à juste titre le maintien de la fermeture, qui va contribuer à la désorganisation de l’école. Notre intervention a été confortée par la députée de la circonscription, qui a repris les mêmes arguments.

Nous avons rappelé à cette dernière que le retrait de 12 postes (lié au budget voté au Parlement) ne permettait pas de répondre aux besoins de notre département. Elle n’a pas souhaité nous répondre.

- Marceau  : Nous avons rappelé la situation particulière de cette école qui compte 4 ulis-écoles accueillant des enfants malentendants et déficients visuels. Depuis plus de 10 ans, au regard du taux d’inclusion relativement important dans le cadre du handicap sensoriel, l’administration a toujours pris en compte une partie de ces élèves dans les effectifs de carte scolaire. Cela était le cas encore l’an passé. Le DASEN refuse de prendre en compte l’engagement de ces prédécesseurs, il dit qu’il reverra la situation plus tard !

Les situations des écoles de Vion et Précigné ont également été évoquées sans que le DASEN ne prennent en compte les arguments développés sur les effectifs.

Concernant les écoles qui se situent selon les chiffres qui nous ont été transmis en position d’ouverture, le DASEN n’a pas souhaité modifier sa décision.
- Nous avons notamment évoqué l’école Mermoz  : Comme nous l’avions déjà précisé au moment du CTSD, elle frise le seuil d’ouverture. Nous avons donc réitéré notre demande.

Résultats du vote :

Pour : 3
Contre : 5 (la délégation FSU dans sa totalité)
Abstention : 14 (Dont SE-UNSA, FO, SGEN-CFDT)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

NOUVELLE ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72