Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carriere   / Carte scolaire (CDEN, CTSD)  


impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Surveillance fermeture - Courrier du DASEN aux écoles et Compte-rendu audience carte scolaire du 27 avril 2017

jeudi 4 mai 2017

Information : Courrier du DASEN

toutes les écoles du département ont été destinataires d’un courrier. Celui indique que le DASEN « reste vigilant quand à l’évolution des effectifs de chaque école. Chaque situation sera étudiée avec attention lors du CTSD du 20 juin prochain et plus particulièrement les écoles dont l’effectif est proche du seuil de fermeture ou d’ouverture. »

PDF - 352.9 ko

Compte-rendu de l’audience carte scolaire au DASEN du 27 avril

Le 27 avril dernier, les organisations syndicales élu-es au Comité Technique Spécial Départementales étaient reçues en audience par le DASEN.

Pour mémoire, lors du CDEN du 7 mars et à l’issue des annonces concernant les fermetures (25 postes classe) et les ouvertures (28 postes des remplaçant-es), le DASEN avait indiqué aux représentant-es des parents d’élèves qui lui avaient posé la question, qu’aucune école n’était sous le coup d’une mesure de surveillance en fermeture.

Pourtant, dès le lendemain, le 8 mars, des courriers étaient adressés à des mairies pour leur signifier qu’au vu de leurs effectifs, l’école de la commune était considérée comme étant en surveillance fermeture. Pire, aucune information n’ayant été faite à l’adresse des écoles, les collègues des écoles concernées l’on appris le plus souvent fortuitement.

Le FSU et le SNUipp ont donc très rapidement pris l’initiative de rédiger un courrier au DASEN pour dénoncer ce procédé. Nous avons également proposé aux autres organisations syndicales représentatives de s’associer à notre demande d’audience.

Lors de cette audience, la FSU a rappelé qu’elle considérait comme profondément choquant le procédé employé par le DASEN et a dénoncé l’absence totale de communication officielle en direction des personnels qui dépendent de son autorité administrative.
La FSU a donc demandé des explications sur ce qui a motivé un tel choix en contradiction avec les informations données lors d’une instance réglementaire.

Le DASEN a rappelé que l’an passé, des élu-es avaient considéré au mois de juin (CTSD qu’ils/elles n’avaient pas été prévenu de risque de fermeture concernant leurs écoles et dans ce cadre, se sont opposés à des mesures d’ajustement de carte scolaire. Pour que cette situation ne se renouvelle pas le Directeur Académique a donc souhaité, à l’issue du CDEN avertir les écoles potentiellement concernées par une mesure de fermeture.
Il a ajouté que les enseignant-es savent tous-tes qu’il y a un CTSD au mois de juin et qu’ayant connaissance de la situation sur leur école, chacun-e pouvait/devait en tirer les conséquences qui s’imposent.

Pour autant, le DASEN a évoqué « une maladresse de [s]a part, car le courrier évoque des surveillances en fermeture alors qu’il ne s’agit pas de mesure ». Il considère que c’est une alerte et non une surveillance. L’alerte concerne les écoles qui sont à 1, 2 ou 3 du seuil et a pour but de les rendre vigilantes. Il a ensuite rappelé que selon lui, ces courriers étaient un élément de communication dans le cadre des relations qu’il entretient avec les élu-es des communes de Sarthe. Enfin, et c’est une information à retenir, le DASEN a rappelé que pour ce qui concerne les enseignant-es, elles et ils connaissent la situation de leur école. « Si je dois procéder à des ouvertures, en tout état de cause, je procèderai à des fermetures car ma carte scolaire est faite. »
Cela signifie qu’il n’utilisera pas de postes parmi ceux créés au titre de la brigade de remplacement, et que toute ouverture sera compensée par une fermeture. La FSU a pointé l’absence de transparence du procédé puisqu’il a refusé de communiquer la liste des écoles auxquelles un courrier a été adressé. Elle a rappelé que ce genre de procédé (que les enseignant-es perçoivent comme de l’opacité, du secret et des arrangements d’arrière boutique), donnait une très mauvaise image de l’institution à ces agent-es. Ce fonctionnement est vécu comme une forme de mépris ce qui n’est pas dans l’intérêt du service public d’Éducation.

Le DASEN a reconnu qu’à la réflexion, il aurait sans doute dû faire s’y prendre autrement.

La FSU a renouvelé sa demande que la liste des écoles concernées par les courriers lui soit transmise, ce que le DASEN a refusé.

Nous alertons une nouvelle fois sur la gestion de la carte scolaire dans notre département : les fermetures dans les zones excentrées tendent à accentuer ce que le DASEN nomme : « nouvel exode rural ». La disparition des services publics (comme des commerces) de proximité et notamment de l’École sont des éléments déterminants dans la montée du sentiment d’abandon ressenti par les habitant-es de nombreux territoires ruraux. Ce sentiment d’abandon est une des raisons largement reconnues qui mènent de plus en plus de citoyen-nes à se tourner vers l’extrême droite.

Depuis 10 ans (voire plus !), la gestion tant départementale que nationale de la carte scolaire, qui n’a de cesse d’indiquer que l’École publique de proximité partout sur nos territoires est avant tout un coût pour les collectivités publiques.

Barrer la route aux idées de l’extrême droite ne peut se limiter à agiter le seul principe de vertu, quand pendant des années celles et ceux qui ont décidé de la gestion des moyens des écoles publiques n’ont fait que renforcer les inégalités entre les territoires par des politiques publiques antisociales ou sans ambitions réelles.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

NOUVELLE ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72