Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / REP & REP+  


impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Compte-rendu RIS REP/REP+ du 31 mai 2017

jeudi 1er juin 2017

Réunion REP / REP + - mercredi 31 mai 2017

 Ecoles représentées

  • Arthur Rimbaud, Gaston Bachelard, Pergaud Lapierre, Claude Bernard, Jules Ferry, Rased Gounod, Lyautey Allonnes, Jules Ferry Allonnes, Epau, Gérard Philipe, Segpa Vauguyon, Michel Ange, Vinci.
    CP à 12 en REP+ - d’où vient cette mesure ?
    Rappel de l’origine de la proposition électorale du Programme « en marche » :

« Il faut dédoubler impérativement les effectifs de classes de CP. »
– Comité de Colombes – En Marche

Cette mesure, lourde de conséquences ne s’appuie donc sur aucune base scientifique, sur aucune expérimentation ni d’une demande venant de l’école, des enseignant-es.

Le 12 par classe est en somme le résultat d’une discussion au sein d’un comité de campagne qui a émis l’idée de diviser les classes de CP/CE1 par deux (actuellement 25 max par classe dans toutes les classes de l’Éducation Prioritaire).

Rappel : initialement, le candidat à la présidence de la République indiquait 12 par classe en CP et CE1 dans toute l’éducation prioritaire. Depuis, on est déjà très loin de la promesse initiale !

  • individualisation
  • dédoublement CP

Il ressort des échanges que la philosophie de cette mesure fait reposer la réussite ou l’échec sur les individus. « Avec tous les moyens donnés, si les élèves ne réussissent pas, c’est que le problème vient d’eux/elles. »
Une mesure du type 12 par classe pour les CP en REP+ aboutie à nier les aspects sociaux, sociétaux (l’école, le quartier, la famille, le parcours de l’élève) et fait reposer l’éventuel réussite/échec sur les individus.

 Aspects pédagogiques

12 élèves par classe, c’est insuffisant, cela ne permet pas de réelle émulation au sein du groupe.

S’il est possible d’avoir 24 CP avec 2 enseignant-es, ça peut être intéressant. Pour autant, cela nécessite de la formation et un fort accompagnement.
Dans ce cadre, remettre en cause le PMC est une erreur, de même que la formation en REP+ (si on doit réquisitionner aussi les ZIL REP+)
Est-ce utile d’être à 12 toute la journée ? Il y a des enseignements, des moments où cela se justifie beaucoup moins voire par du tout.

Par ailleurs, Pourquoi laisser tomber les CE1 ?

 Renversement de responsabilité vis-à-vis de l’échec

La vision des apprentissages est à nouveau centrée seulement sur le lire, écrire, compter et la mise en place d’une telle organisation efface la notion de cycle. Pourtant, tout démontre que l’apprentissage de l’écriture et de la lecture se fait tout au long d’un parcours scolaire complexe qui s’étale de la maternelle au collège. On apprend pas à lire seulement en CP, loin s’en faut !
Une mesure de ce type met une pression encore plus forte sur les élèves qui n’ont d’autre alternative que de réussir. Quid des élèves qui seront identifié-es comme n’ayant pas réussi à apprendre à écrire et lire ? Qui des enseignant-es qui n’auront pas 100 % d’élèves lecteur-trice en fin d’année scolaire ?

 Les locaux et le nombre de classes disponibles

18 / 20 élèves par classe permet de faire des petits groupes, d’avoir le calme, ce qui ne sera pas le cas si on doit avoir 2 X 12 élèves par classe (s’il n’y a pas de locaux disponibles dans l’école). Dans ce cas, les possibilités d’aménagement de l’espace de la classe sera plus limité.

 Professionnel-les non concerté-es

Par ailleurs, les premier-ères concerné-es par ces mesures, les enseignant-es, n’ont pas été concerté-es. Sentiment de dépossession de la maîtrise du métier au profit d’un affichage politique qui ne prend pas en compte l’investissement sur les projets en cours.

La mise en œuvre précipité d’une telle mesure dont rien ne prouve qu’elle sera plus efficace que les dispositifs actuels (PMC + formation REP+ + RASED) risque fort d’être contre-productive. Le premier effet prévisible étant une forte désorganisation des écoles ainsi que des affectations subies et un manque importante de préparation, de concertation et de formation.

Si le dispositif PMC est perfectible, il est plébiscité par les collègues, notamment parce qu’il crée du lien, de la dispute professionnel et qu’il fait gagner du temps sur la mise en œuvre de séances nouvelles. En effet, les PMC en intervenant sur plusieurs classes d’un même niveau, les séances sont affinés beaucoup plus vite et plus facilement. Ce qui fonctionne est amélioré et ce qui ne fonctionne pas (ou pas assez) est identifié d’autant mieux. Enfin, les collègues PMC permettent d’avoir un regard croisé sur les élèves.

 Les postes qui seraient redéployés

  • PMC
    Ces postes sont totalement menacés et remis en cause. Pourtant, les collègues sur ces postes l’ont fait par choix, sont investi-es dans des projets avec des classes et des collègues, au-delà des seules classes de CP.
    La fermeture des postes de PMC se fera donc au détriment des autres classes de cycle 2 et de tout le cycle 3.

Pire, les collègues PMC présent ont un fort ressentiment car elles ne pourront pas aller au bout de ce qui a été initié et mis en place, sans qu’aucune évaluation n’ait été faite et menée à son terme.

Pourtant, l’ensemble des collègues présents constatent que le dispositif a des effets positifs.

Il est revendiqué qu’il faut laisser du temps aux équipes de mettre des choses en place et pas tout changer tous les 3/4 ans.

Etant donné l’insuffisance des postes de PMC pour couvrir les besoins en postes pour les classes de CP REP+ à 12, deux hypothèses sont envisageables…

- ZIL REP +
Prendre les enseignant-es de la brigade REP+ pour les affecter dans les écoles. Dans ce cas, cela signifie la fin de la formation REP+.
Pourtant, elle est largement apprécié même si elle nécessite encore d’important changement notamment en ce qui concerne la prise en compte des demandes des collègues des équipes.

- RASED
Les postes en RASED pourraient être l’autre solution envisager pour couvrir les besoins en postes. Rappel que le ministre de l’Éducation était DGSCO lorsqu’il y avait eu un démantèlement RASED avec 5000 suppressions de postes.

Suite à ce constat, il a semblé nécessaire d’établir des contre-propositions ainsi que d’élaborer d’un appel pour défendre les PMC, la formation REP+, les RASED et revendiquer des seuils inférieurs dans toute l’éducation prioritaire.

 Contre-propositions

- augmenter le nombre de PMC en définissant un nombre de classes/d’élèves par PMC.

  • travailler à faire évoluer leurs missions
  • élargir le dispositif de formation (extension aux REP, aspect transversal, intervention de formateurs ESPE, de PEMF, de chercheur-euses, etc.)
  • baisser les seuils pour toutes les classes (20 élèves par classe maximum)
  • dissocier le temps élève et le temps enseignant

Rédiger un appel local pour défendre l’éducation prioritaire pour tous les élèves

 Conférence de presse

Une invitation pour une conférence de presse est prévue. Etant donnés les délais et le peu de disponibilité pour le mercredi après-midi 7 juin, nous vous proposons un rendez-vous après l’école.

Jeudi 8 juin, 18h00
Locaux du SNUipp-FSU 72
29 place d’Alger

 Audience DASEN

Demande d’une audience au DASEN au sujet de la mise en œuvre des CP à 12 par classe et sur la suppression de l’ensemble des postes de PMC.

 Bilan de l’année pour les REP+

La concertation est un aspect important et nécessaire dans le fonctionnement des écoles. Pour autant, le concertation ne peut-être assimilé à de la formation.
Par ailleurs, plusieurs équipes souhaiteraient avoir accès à une palette de personnes (chercheurs, enseignant-es-chercheur, formateurs, des intervenant-es extérieur-es – CADA, travailleurs sociaux – etc)

Amélioration du remplacement, journée entière, café des parents
Souhait de pouvoir échanger, se confronter avec les collègues d’autres équipes.

Les temps de formation sont appréciés d’autant plus quand les enseignant-es sont associés aux choix et au contenu abordés.

Parfois, sentiment de subir sur les temps de formation, dans la mesure où les thématiques de travail ne proviennent pas des enseignant-es.

Les interdegrés sont très inégales. Sur certains temps, il semble que c’est du gâchis.
Les équipes ont des besoins et les formules. Pour autant, sentiment de pas être entendu. Par exemple, les coordonnateurs n’ont pas assez de liberté pour répondre aux demandes des équipes.

 Réunion inter-degrés

Journée de formation au collège CG : il est ressorti qu’il fallait que les collègues de cycle 3 se revoient. Le jour même à l’issue de cette journée, demande à l’IEN, au principal. Mais l’IEN avait déjà décidé. Sur Le Mans SUD, plus d’inter-degré sur le temps de formation.

Ex : travail sur les émotions pendant 2 années. On pensait continuer, mais on nous a imposé d’autres commissions.

Faire le bilan de ce qui fonctionne et de ce qui fonctionne pas école par école et faire une synthèse globale. (à adresser aux IEN et au DASEN)
Quel bilan des commissions inter-degré ? Le problème c’est que les équipes de circonscription n’ont pas assez de temps.

 En REP

Élèves qui s’approchent des élèves de REP+. Pourtant rien n’est prévu en terme de formation. Promesse de PMC mais seulement à mi-temps. Pas de formation sur le temps classe. Du coup, on se retrouve après la classe ou pendant les vacances. Nous n’avons pas le temps de parler pédagogie.
Exemple positif de formation sur le temps de travail en REP
Formation sur les TP/P : ce temps de formation sur temps élèves a été très apprécié. Pouvoir être sur un temps classe, entre professionnels… On a découvert en partie le dispositif REP+.

 RASED :

Priorité cycle 2. Maintenant, priorité des demandes au cycle 2 en début d’année. L’IEN entend les choses mais maintient son choix sans prendre en compte l’avis et l’expertise des personnels.
Il faut gérer le quantitatif. Énorme manque de confiance vis à vis des enseignant-es des RASED.
Il n’y a plus ou presque plus de travail en direction des cycles 3. Discussion avec le PE, éventuellement PPRE. Mais rien de plus.
Bilan dans les écoles sur les différents points
Pour mercredi 7 juin, établir des bilans école par école sur l’année de formation, sur le fonctionnement, les remplacements.

 Autre info : Le CMPP

700 à 800 élèves. Plus de prise charge. 4 CDD non renouvelé.
Il y a de la rétention notamment dans le rural. Le pôle ressource se substitue à la prise en charge.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72