Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / Évaluations (et pilotage par…)  


impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Évaluations CP : recul sur les modalités, mais pas sur la culture de l’évaluation

jeudi 21 septembre 2017

Dans une lettre de la DGESCO directement adressée aux enseignant-es le 18 septembre, le ministère indique faire marche arrière sur la mise en œuvre du protocole d’évaluation nationale au CP. Ce recul fait suite à de nombreuses réactions, notamment celle du SNUipp-FSU qui a dénoncé des évaluations au contenu, à la forme et au calendrier inadapté aux jeunes élèves de début de CP.

Dans une lettre de la DGESCO directement adressée aux enseignant-es le 18 septembre, le ministère indique faire marche arrière sur la mise en œuvre du protocole d’évaluation nationale au CP.
Ce recul fait suite à de nombreuses réactions, notamment celle du SNUipp-FSU qui a dénoncé des évaluations au contenu, à la forme et au calendrier inadapté aux jeunes élèves de début de CP.

 Le syndicat avait interrogé la finalité de ces évaluations :

  • Aide aux élèves et aux enseignant.es… ou pression exercée sur l’école maternelle pour en préparer la primarisation ?
  • Outil d’analyse des besoins… ou levier pour imposer de bonnes pratiques en lecture, avec le recours systématique à une méthode syllabique pure ?

La DGESCO reprend à son compte nombre d’éléments d’analyse critique portés par le SNUipp-FSU. Le ministère reconnaît que l’évaluation proposée ne saurait être exhaustive et doit être complétée par l’observation continue des élèves au cours des apprentissages ordinaires. Afin d’éviter un climat trop anxiogène, les enseignants sont invités à guider les élèves, à adapter consignes et temps de passation. Surtout, il est concédé que le protocole peut faire l’objet d’adaptations, avec la « possibilité de ne faire passer qu’une partie [des] exercices », voire de dispenser les élèves en situation de handicap.

De même, l’analyse des résultats par l’équipe du cycle 2 et le retour d’expérience des enseignant.es pour améliorer le dispositif sont sollicités.

 Si ces « concessions » font écho à la demande du SNUipp-FSU, pour autant, tout n’est pas réglé :

Ainsi, le ministère continue d’exiger la remontée des résultats aux IEN et prétend faire de ces évaluations CP « une première étape du développement de la culture de l’évaluation dans les classes ».
La « culture de l’évaluation » se traduit souvent par un outil de contrôle et un instrument de gestion. Elle a déjà été mise en œuvre dans d’autres pays et des recherches en pointent les effets négatifs et les dangers sur les résultats des élèves et sur le métier d’enseignant-es.

 Pour le SNUipp-FSU, l’évaluation ne peut avoir d’autres fonctions que celle d’être au service des apprentissages des élèves.

Pour le SNUipp-FSU, cette intention cadre mal avec le nécessaire respect du savoir-faire enseignant en matière d’évaluation des élèves et la mise en œuvre des programmes à l’échelle des cycles. Le syndicat maintient donc sa position sur le sujet et continue d’inviter les équipes à adapter les évaluations comme le calendrier de passation à la réalité de la classe et de l’école, en s’appuyant sur les synthèses transmises par l’école maternelle.
De même, l’analyse des résultats relève de la compétence des équipes et ne peut entraîner des prescriptions ou des injonctions de la part des IEN sur le choix de méthodes ou de bonnes pratiques.

C’est pourquoi le SNUipp-FSU propose que les enseignant-es conservent les résultats des évaluations à l’école et fassent remonter aux IEN les moyens nécessaires pour répondre aux besoins de remédiation issus de leur analyse : RASED, formation, taille des classes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

NOUVELLE ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72