Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carriere   / Archives CAPD   / CAPD 2017-2018  


impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Déclaration préalable à la CAPD du 29 juin 2018

vendredi 29 juin 2018

Avant que ne débute cette CAPD, la délégation du personnel du SNUipp-FSU 72 souhaite vous faire part de son incompréhension réelle et de sa colère concernant la publication de la seconde phase du mouvement avant même la tenue de celle-ci.

Tout cela crée confusion, stress et surtout, remet potentiellement en cause la capacité du Directeur Académique à prendre en considération les éventuels éléments impliquant des changements d’affectation. Par voie de conséquence, cela remet en cause le droit des personnels à être défendus par leurs représentant•es.

Peut-être cela augure-t-il de ce qui se passera si le projet du gouvernement de supprimer les instances paritaires est mis en acte ? Nous alertons à cette occasion la profession sur le grave danger que ce projet fait courir à la gestion des personnels, qui verrait ainsi les moments importants de leur vie professionnelle échapper à leur contrôle.

Concernant les postes de TRS,
Nous souhaiterions revenir sur la gestion des postes de titulaires secteurs. Ces postes, que nos collègues plébiscitent (tant les titulaires secteurs eux/elles-mêmes que les équipes), ont vocation a permettre une continuité du service notamment vis-à-vis des décharges de direction d’école, des PEMF, des temps partiels…

Il nous semble pour le moins regrettable que lorsque des collègues contactent l’administration (tant la DSDEN que les IEN en circonscription), il leur soit répondu par exemple :

  • que leur poste sera arrêté une fois la seconde phase terminée,
  • que la continuité du service pour les TRS se limite à une année (ce qui de notre point de vue constitue un contre-sens).
    C’est là, vous en conviendrez, une étrange façon d’envisager le continuité du service, puisque c’est justement pour éviter, année après année, les ruptures dans l’organisation du service que ces postes ont été mis en œuvre.

Concernant les missions reconductibles d’année en année,
Nous souhaiterions dans l’intérêt des élèves et des équipes qu’une réflexion soit engagée afin que les postes occupés à TD par des personnels en mission ne soient pas attribué•es année après année dans le cadre de la 2nde phase., avec pour conséquence une instabilité qui s’installe parfois dans la durée.

Concernant les INEAT-EXEAT,
Concernant les INEAT-EXEAT, le SNUipp-FSU tient à dénoncer ici l’absence totale de solutions quant au blocage des permutations informatisées. Une nouvelle fois, les possibilités de changement de département (permutations puis INEAT-EXEAT) vont faire fi de la situation de personnels qui n’aspirent qu’à une chose légitime : exercer leur travail tout en demeurant auprès, de leurs proches ou du lieu de vie de leur choix. Pour ce genre de situation, le ministère ne semble guère empressé de trouver des solutions. Nous vous demandons Monsieur le Directeur Académique de procéder à tous les échanges possibles, dans le respect des barèmes, tout en garantissant aux élèves d’avoir à la rentrée des enseignant•es titulaires ou en passe de l’être.
Enfin, concernant la hors-classe,
Depuis la précédente CAPD, un nouveau document a été adressé aux représentant•es des personnels. Malgré le refus catégorique exprimé par l’administration concernant notre demande de révision des avis donnés, il semble que notre demande ait été en partie entendue. Un certain nombre d’avis ont été revus. D’ailleurs, le SNUipp-FSU avec le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et de la CGT rappellent que « les avis basés sur des rapports d’inspection plus ou moins anciens, comme sur une connaissance plus ou moins réelle des enseignantes et enseignants, engendrent de profonds sentiments d’injustice voire de mépris lorsque l’investissement quotidien n’est pas reconnu, a minima, comme très satisfaisant. De plus, et à ce sentiment d’injustice, peut ajouter un autre. En effet en cas de départage de barème, c’est l’ancienneté dans le corps qui est prise en compte et non l’ancienneté de l’ensemble de la carrière d’enseignante et enseignant des écoles désavantageant ainsi en particulier celles et ceux qui ont été institutrices et instituteurs dans la perspective de l’accès au grade de la hors classe avant le départ à la retraite. » - Extrait du courrier commun concernant la Hors-Classe adressé au Ministre de l’EN.

Nous vous demandons solennellement, Monsieur le Directeur Académique, d’appliquer cette règle car vous en avez la possibilité à l’instar de ce qu’ont décidé d’appliquer vos collègues des Alpes Maritimes et de Vendée.

Par ailleurs, le SNUipp-FSU 72 réitère ses demandes très claires :

  • acter une augmentation des flux de promotions et de la communiquer au plus vite dans les départements afin que le nombre de promu•es garantissent l’accès de toutes et tous les enseignant•es à l’indice maximal du corps, soit 1000 points !
  • qu’en cas d’égalité de barème, l’ancienneté de service sur l’ensemble de la carrière, tous corps confondus soit prise en compte ;
  • de prévoir, dès l’année prochaine, la révision des avis portés cette année.
  • préconiser, dès cette campagne de promotions, l’étude individuelle de chaque recours portant sur les avis ;
    Il y a un an, nous vous indiquions quel e SNUipp-FSU revendique que :
    • que pour tous les enseignant-es aient une carrière parcourue au rythme le plus rapide.
    • que le déroulement de carrière doit être déconnecté de l’évaluation et des fonctions exercées.
    • une refonte complète de la grille permettant d’atteindre l’indice 1 000 en fin de carrière.
    • aucun•e PE avec une carrière complète ne doit partir à la retraite sans accéder à la hors-classe.

Ainsi, l’an passé seules 95 personnes passaient à la hors-classe sur un contingent de 1895 promouvables. Cette année, 99 devraient être promu•es. Le taux passage à la hors-classe par rapport au nombre de promouvables a donc bondi, puisqu’il est maintenant à 13,2 %…
Sauf que… Sauf que le nombre de promouvables est passé de 1895 à 750 !!!
Si ce taux (13,2%) était appliqué au nombre de promouvables de l’an passé, nous aurions alors 246 collègues promu•es.
Ainsi, une part bien plus importante de la profession serait assuré de passer à la hors-classe et nos collègues seraient en mesure de partir en retraite avec l’assurance de toucher des pensions plus élevées.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72