SNUipp-FSU de la Sarthe
http://72.snuipp.fr/spip.php?article4186
Evaluations au CP et au CE1 : l’universitaire clermontois Roland Goigoux contredit Jean-Michel Blanquer
lundi, 22 octobre 2018
/ Julien Cristofoli

Article du journal La Montagne à consulter en ligne ici

Les évaluations de CP et de CE1 étaient contestées, pour leur déroulement et leur contenu, par les syndicats enseignants. Leurs premiers résultats, communiqués par Jean-Michel Blanquer, font réagir Roland Goigoux, chercheur à l’université Clermont Auvergne.

En prenant connaissance des premiers résultats des évaluations nationales dévoilés par le ministre de l’Education sur 20minutes.fr, dimanche soir, Roland Goigoux a bondi. Non, ces résultats ne sont pas alarmants, assure le professeur à l’université de Clermont-Ferrand et spécialiste de l’enseignement de la lecture, qui pointe trois « erreurs » dans les propos de Jean-Michel Blanquer.

• 23 % des élèves en début de CP auraient des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent

« Non, les évaluations montrent seulement que 23 % des élèves échouent à un exercice (n°1, séance 1) très contestable. Cet exercice inventé pour la circonstance ne correspond ni à la tradition scolaire des évaluations, ni aux tests psychologiques standardisés qui se passent tous en tête-à-tête à cet âge-là. Il ne s’agissait pas de montrer aux enfants une lettre et de leur demander le son qu’elle produit. (C’est le F qui fait « fffe ».) Cela aurait été trop simple ! »

Il était normal et prévisible qu’ils échouent. Cela n’est en rien l’indice d’un échec de l’école.

Dans ce test, les enfants devaient entourer parmi cinq lettres écrites celle qui correspondait au son qu’ils entendaient au début d’un mot monosyllabique que le maitre leur donnait. Par exemple « feuille » ou « bulle ».

« Autrement dit, poursuit Roland Goigoux, il fallait d’abord qu’ils soient capables de discriminer un phonème (un son élémentaire du langage) en position initiale dans une syllabe de structure CVC (consonne-voyelle-consonne), ce qui représente une habileté phonologique complexe, généralement hors de portée des enfants à qui on n’a pas encore appris à déchiffrer et qui, par ailleurs, n’est pas au programme de l’école maternelle. Ensuite, les enfants devaient sélectionner l’écriture correspondant au son qu’ils venaient de discriminer. Bref il était normal et prévisible qu’ils échouent. Cela n’est en rien l’indice d’un échec de l’école. »

« Les élèves ne sont pas formés à la compréhension en lecture »

Roland Goigoux s’interroge : « Le but principal de cette évaluation n’était-il pas de préparer la communication ministérielle, d’autant que le ministre ne précise pas si le pourcentage avancé correspond à la réussite de moins de 2 items sur 10 ou de moins de 5 items sur 10, c’est-à-dire aux seuils définis pour caractériser les élèves « à besoins » et les élèves « fragiles » ? ».

La solution proposée aux enseignants pour remédier à cet échec a été publiée mercredi dernier sur le site Eduscol : « Il s’agit d’apprendre aux élèves à lire !, assène l’universitaire. Les enseignants n’y auraient sans doute pas pensé seuls ».

Verdict : « Non, « les difficultés sociales et familiales » ne peuvent pas expliquer cet échec. Celui-ci est d’abord celui des concepteurs du test. »

Six mois après leur mise en place, les CP dédoublés donnent leurs premiers fruits à Clermont-Ferrand (mars 2018)

• 30 % des élèves en début de CE1 lisent moins de 30 mots correctement, à haute voix, par minute

« Ce n’est pas un seuil alarmant, relativise Roland Goigoux. Le seuil alarmant a été fixé à 11 mots par minute par le ministère lui-même. Pour notre part, nous l’avions établi à 14 mots en 2016 (recherche Lire et écrire au CP), ce qui correspondait aux performances des 15 % d’élèves les plus faibles. »
• L’objectif national serait de lire 50 mots

« Non, répond Roland Goigoux. Le ministère n’a jamais fixé à 50 le nombre de mots lus à la minute au début du CE1. C’est une norme inventée pour faire le buzz, jamais écrite nulle part. Dans notre étude, ce seuil n’était atteint que par 29 % des élèves à la fin du CP (719 élèves sur 2.507 élèves évalués en tête-à-tête, dans des conditions très rigoureuses, bien plus que dans l’évaluation de septembre). Depuis quand un pays donne-t-il à son école l’objectif d’atteindre les performances habituelles des 30 % des meilleurs élèves ?

Roland Goigoux a coordonné l’enquête Lire et écrire au CP, une étude de référence sur l’enseignement de la lecture lancée en 2011. Pendant trois ans (2013-2015), une équipe de 190 enquêteurs a étudié le travail en classe de 131 enseignants expérimentés et de leurs 2.507 élèves, selon un protocole défini par 60 enseignants-chercheurs issus de treize universités.

Isabelle Vachias

Article du journal La Montagne à consulter en ligne ici