Retour accueil

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

C.L.A - De l’obligation de moyens pour l’État à l’obligation de résultats pour les agent·es

jeudi 27 mai 2021

La secrétaire d’État à l’éducation prioritaire, Nathalie Élimas, a lancé sans aucune concertation et sans aucune évaluation des dispositifs actuels les C.L.A. dans huit établissements sarthois et ce dès la rentrée de septembre 2021.

« Donner plus à ceux qui ont le moins. » La philosophie de l’éducation prioritaire reste la même, mais sa forme s’apprête à changer.

Premier « problème » : la plupart des écoles concernées ne sont actuellement pas en éducation prioritaire... Alors que rien ne l’empêchait...

Par ailleurs, le SNUipp-FSU le rappellera sans cesse : ce sont les élèves des grandes écoles et des prépa qui bénéficient (et de très très loin !) des meilleures conditions d’enseignement en France. PAS LES ÉLÈVES SCOLARISÉ·ES EN PRIMAIRE et encore moins celles et ceux scolarisé·es dans les écoles de REP et REP+ !

3 académies, dont celle de Nantes, ont été « choisies » pour « tester » dès septembre, ce dispositif des contrats locaux d’accompagnement (CLA).

« L’idée est d’ouvrir les moyens à plus de publics et à plus de territoires dont les territoires ruraux, oubliés de l’éducation prioritaire », a indiqué Nathalie Élimas, secrétaire d’État.

On croit rêver tant la mauvaise fois est visible. Car, qui depuis son arrivée au ministère ne fait qu’abîmer toujours plus l’École publique ? Qui s’en prend aux enseignant·es et aux AESH en les rendant corvéables à merci. Qui fait fermer des classes comme s’il en pleuvait ? (43 fermetures prévues pour la rentrée 2021 en Sarthe)

En visite à Sablé-sur-Sarthe, la ministre a signé deux de ces contrats, pour deux écoles qui ne sont pas classées en zone d’éducation prioritaire. Sélectionnés selon un ensemble de critères nationaux aussi opaques que discrétionnaires, ces 2 écoles font partie des 172 établissements scolaires retenus, dont 41 dans l’académie de Nantes (14 en Loire-Atlantique, 12 en Maine-et-Loire, 2 en Mayenne, 8 en Sarthe, 5 en Vendée) en bénéficieront.

« Avec ce dispositif, nous inversons complètement la méthode : nous regardons d’abord les projets et les besoins au cas par cas, pour allouer ensuite des moyens spécifiques », annonce la secrétaire d’État.

C’est exact et l’ensemble des personnels devrait prendre la mesure de l’attaque qui se cache derrière ce nouveau dispositif ! Il s’agit ni plus ni moins que de casser le principe même de l’Éducation Prioritaire et d’y substituer des contrats. Or, qui dit contrat, dit engagements pour chaque partie. Et c’est là que le danger se cache !

Quelles seront les contre-parties pour les personnels ?!?
Pour le SNUipp-FSU 72, cette mesure, qui s’inspire directement des systèmes scolaires anglais et États-uniens vise précisément à entamer le démantèlement du service public d’Éducation.

« Bonus » carte scolaire en forme de contre-partie...

À Sablé, l’école Gilles Ménage était sous le coup d’une fermeture de classe... Jusqu’au lendemain du C.T.S.D. [1] où, surprise... La DASEN a décidé... contre toute attente de lever la mesure... On apprenait quelques jours plus tard, puisque Nathalie Elimas venait d’annoncer [en pleine tempête médiatique au sujet du syndicat manipulé par J.M. Blanquer [2] ] la mise en œuvre des fameux C.L.A...

On apprend par la presse que la ministre en visite à Sablé a annoncé l’octroi d’un poste supplémentaire à partager entre les deux écoles sablésiennes entrant (sans l’avis des personnels !!!) dans le dispositif CLA

Voilà donc un exemple patent des contre-partie à payer pour avoir ce qui normalement revient de droit ! Des moyens humains supplémentaires pour le bénéfice tant des personnels que des élèves ! On passe bien d’une obligation de moyens (une même carte scolaire pour toutes les écoles) à une obligation de résultats (quid du poste dans 3 ans... Sur quels critères sera évalué le fait de le garder ou pas ?!? On ne parle même pas de la non attractivité du poste qui de fait, n’est pas du tout pérenne !!!

PMC, le retour avant le départ ?!?
Au passage, on observe que Nathalie Elimas réinvente... le plus de maîtres que de classes... Dans le genre, on fait tout et son contraire puis l’inverse... Là encore, on observe la volonté du Ministre de déstructurer, de faire perdre la tête aux personnels... Il s’agit d’une stratégie managériale qui a sévi à France Télécom lors de la privatisation... Faire oublier aux agent·es qu’elles et ils connaissent leur métier et changer les règles si souvent que plus personne ne s’y retrouve et n’y comprend rien... On va vu les désastres humains que cela a engendrés...

Aux États-Unis, la loi « No Child Left Behind », qui inspire sans doute possible le Ministre Blanquer, qui parle souvent de « ne laisser aucun enfant sur le bord du chemin » a comme point de mire la libéralisation du système éducatif.

Donner peu de moyens et imposer un contrat d’objectif : méthode d’enseignement (fin de la liberté pédagogique de fait), évaluation des enseignant·es à l’aune des résultats des élèves, projet d’école dicté par la hiérarchie, etc.

3,2 millions d’euros pour les trois académies test. C’est à mettre en regard des milliards d’euros engloutis sans contre-partie pour Air France ou Renault/Peugeot. Mais il est vrai qu’il vaut mieux continuer de détruire le climat que d’assurer un avenir à la jeunesse... « Moyens humains et matériels seront ainsi mis à disposition d’écoles, de collèges et de lycées »en fonction de projets sur-mesure". Sur mesure pour qui ?

Établis pour trois ans, ces Contrats Locaux d’Accompagnement seront très probablement élargis à « quelques académies supplémentaires », si leurs résultats donnaient satisfaction... On peut compter sur le Ministre et sa secrétaire d’État... Car, il y a fort à parier que le discours annonçant un satisfecit concernant les CLA a déjà été rédigé !

L’analyse du SNUipp-FSU 72

Pour le SNUipp-FSU 72, les difficultés parfois immenses rencontrées par ces écoles, et par d’autres étrangement absentes des 8 écoles ciblées, doivent être reconnues et des moyens pérennes déployés pour y faire face.

Cela ne doit en revanche en aucun cas faire l’objet d’un « contrat » où seuls quelques écoles lauréates sont sélectionnées sur des critères opaques !

De plus il est inconcevable que des postes RASED ou des dispositifs ULIS soit attribués par le prisme d’un dossier de candidature !

La crise sanitaire a eu pour conséquence d’accroître les inégalités et de paupériser des quartiers dont les écoles ne font actuellement pas partie de l’Éducation Prioritaire. Il est nécessaire de revoir la carte nationale, afin que toutes les écoles répondant aux critères en fassent partie !

L’État doit débloquer les moyens nécessaires à la réduction des inégalités afin de garantir l’égalité des droits et non des chances !!!

Cela ne peut passer par l’attribution de moyens ponctuels à quelques écoles, sous conditions de résultats.

Le SNUipp-FSU 72 est aux côtés des écoles ciblées. Il œuvre avec elles pour que les difficultés soient reconnues et des moyens attribués sans contrepartie.

Établissements concernés en Sarthe

Écoles primaires : Jules-Ferry à La Flèche, Courboulay au Mans, Gilles-Ménage et Le Pré à Sablé-sur-Sarthe ; école élémentaire Camille-Claudel au Mans, école Camus/Hugo à Coulaines.

Collèges : Albert-Camus au Mans, Bercé à Montval-sur-Loir.

Lycées : Claude-Chappe à Arnage.

Notes

[1] Comité Technique Spécial Départemental

[2] Avenir Lycéen, le syndicat monté de toutes pièces par LREM et qui a eu des largesses incompréhensibles voire illégales de la part du Ministère...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72