Retour accueil

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Grenelle - Des annonces en forme de chantage ?!? Et de menaces...

jeudi 27 mai 2021

À l’occasion de la restitution des ateliers du Grenelle de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer a annoncé des mesures qui sont très loin d’être à la hauteur de la « revalorisation historique » promise [1] par le ministre depuis des mois, voire depuis son arrivée au Ministère, lui qui évoquait alors une revalorisation sans précédent... Est-il possible d’évoquer un certain... Jean-Mytho Blanquer ?!?

Jean-Michel Blanquer a évoqué « des engagements » sans aucune garantie pour les années à venir, abandonnant toute idée de loi de programmation pluriannuelle qui aurait permis de donner de la visibilité et de la crédibilité au processus. Encore un renoncement ! Pire, se rejoue ici une forme de chantage aux élections...

Comment comprendre qu’après avoir autant légiféré pendant 4 ans sur tout et n’importe quoi [2], le Ministre prétend maintenant qu’il n’est plus temps de légiférer pour augmenter les salaires des personnels de l’Éducation Nationale pourtant parmi les plus bas de l’OCDE ! Un enseignant débutant en Allemagne ou en Angleterre perçois un salaire double de celui des enseignant·es débutant en France... Et l’OCDE d’ajouter que les écarts se creusent encore plus pour le milieu de carrière !

Plus d’informations sur ce sujet - France Culture - 26 mai 2021

C’est le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer qui a dévoilé le montant de l’enveloppe en tirant les conclusions du Grenelle de l’éducation. Les 700 millions promis seront inscrits dans le budget 2022. Les syndicats jugent l’effort insuffisant.

Le gouvernement avait promis un effort financier substantiel pour les enseignants. La somme est connue ce soir, 700 millions d’euros pour la revalorisation des revenus en 2022, dont 400 millions de nouvelles primes. Jean-Michel Blanquer a fait de cette enveloppe le point d’orgue du Grenelle de l’éducation. La ventilation de ces 700 millions d’euros sera discutée avec les syndicats « au long du mois de juin », a expliqué le ministre. Mais d’ores et déjà, les syndicats d’enseignants dénoncent la faiblesse de l’enveloppe.

Eric Charbonnier, analyste éducation à l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économique qui regroupe 37 pays industrialisés dans le monde. Nous verrons avec lui que les enseignants français sont parmi les plus mal payés en Europe, avec une progression salariale très faible en cours de carrière. En France, explique Eric Charbonnier, « un enseignant débutant gagne 7% de moins que la moyenne des pays de l’OCDE. Après 15 ans de carrière, il gagne 20% de moins » que cette moyenne.

L’annonce d’une augmentation de 400 millions d’euros au budget 2022 ne concerne pas tous les personnels de l’Éducation nationale alors même qu’une revalorisation de tou·tes les agent·es est indispensable.

Le ministre a longuement salué l’engagement des personnels du service public d’Education pendant la crise sanitaire, mais les mots ne ne sont que des mots ! Par ailleurs, qui est dupe de tels remerciement lorsqu’on observe autour de nous qu’un très grand nombre de collègues ne se retrouvent plus du tout dans le métier... Et ce notamment depuis l’arrivée de J.M Blanquer !

Le SNUipp-FSU 72 rappelle son exigence d’une revalorisation pour l’ensemble des personnels, titulaires et contractuel·les.

L’urgence, c’est d’abord la situation intenable des salaires et des conditions de travail imposé·es aux AESH [3] ainsi qu’une véritable politique salariale juste, équitable, attrayante et qui enfin assure une véritable égalité entre les femmes et les hommes.

Pour le reste, les annonces sont d’abord de la com’ et des pressions sur les agent·es :

  • mesures qui relèvent de l’affichage,
  • transformations profondes et inquiétante du système éducatif, par exemple en matière de ressources humaines.
  • perspectives sur le remplacement,
  • collectifs pédagogiques,
  • direction d’école,

Tout cela va être discuté en juin soit en moins d’un mois !

Le SNUipp-FSU 72 considère que ce timing est un nouveau coup de force contre les personnels et contre leurs représenant·es. Traiter toutes ces questions, concernant l’ensemble des métiers de l’éducation dans un calendrier aussi court et avec aussi peu de clarification sur le lien avec les questions de revalorisation... La méthode Blanquer est de nouveau là !

S’agit-il de définir de nouvelles missions pour « justifier » la revalorisation ?

Pour le SNUipp-FSU 72, la revalorisation doit se faire sans aucune contrepartie et avant la fin du quinquenat.

Une autre politique pour le service public d’Education est indispensable et elle passe par l’éviction du Ministre et de sa politique de destruction de l’École.

C’est dans ce cadre que le SNUipp-FSU avec d’autres organisations, appelle les AESH ET TOUS LES PERSONNELS DE L’EN à la grève le 3 juin.

Au terme de ces 18 mois de crise sanitaire, il faut une autre politique d’Education avec un véritable plan d’urgence pour l’Ecole et la rentrée 2021.

Notes

[1] une nouvelle preuve que les promesses n’engagent que celles et ceux qui les écoutent...

[2] CF la largeur du ruban des palmes académiques

[3] comme aux AED

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72