Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carriere   / CAPD 2020-2021  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Recours mouvement : compte-rendu de la réunion bilatérale SNUipp-FSU / DSDEN

mardi 6 juillet 2021

Mardi 6 juillet au matin, s’est déroulée la réunion bilatérale entre le SNUipp-FSU 72 et la DSDEN. En l’absence de la DASEN, mutée dans un autre département, ce sont la Secrétaire Générale de la DSDEN et l’adjoint à la DASEN qui siégeaient pour l’administration. 4 représentant.es des personnels du SNUipp-FSU 72 ont présenté et défendu les situations des 12 collègues ayant déposé un recours suite aux résultats du mouvement.

En préambule, le SNUipp-FSU 72 a rappelé et vivement regretté que suite à la Loi de Transformation de Fonction Publique, le mouvement se déroule maintenant en dehors de toute vérification et contrôle des représentant.es des personnels.

Ces vérifications permettaient pourtant le repérage et la correction de nombreuses erreurs avant la communication des résultats aux personnels.

De plus, la parution des résultats et des barèmes d’obtention des postes permettait une véritable transparence des affectations, assurant ainsi l’équité de traitement entre les participant.es.

Le SNUipp-FSU l’a dénoncé : « le mouvement », tel qu’il se déroule depuis 2 ans est opaque. L’absence d’informations génère de la suspicion et un sentiment d’injustice parfaitement justifié parmi les collègues, qui peuvent s’estimer lésé.es, à juste titre ou non. Or sans transparence, la confiance est impossible. Quand à croire l’administration sur parole... « Les promesses n’engagent que ceux/celles qui les écoutent ! »

Durant l’examen des situations, l’administration n’a jamais reconnu d’erreur, mais seulement des « enchaînements de circonstances » qui font qu’une personne n’est pas nommée alors qu’elle avait demandé le poste... Les collègues apprécieront...

A de nombreuses reprises, M. l’adjoint a exprimé que les enseignant.es nommé.es dans la Sarthe avaient fait le choix de ce département rural en toute connaissance de cause, et devaient donc accepter la possibilité d’être affecté.e à 50 km du Mans.

Le SNUipp-FSU défend l’obligation faites aux agent·es que chaque classe à la rentrée soit pourvue d’un·e enseignant·e titulaire, formé·e, avec un statut reconnu et protecteur. Mais, il a interpellé l’administration sur les risques psycho-sociaux engendrés par une situation de double contrainte subie par des collègues qui sont affecté.es sur une zone opposée à celle qu’ils et elles demandaient, et sur un poste non choisi.

L’administration refuse par principe de revoir les affectations en dehors de leurs vœux, de collègues débutant.es en ASH. La secrétaire générale (qui a l’autorité fonctionnelle de DASEN en attendant qu’un·e nouvelle soit nommé·e) a cependant assuré que ces personnels non spécialisée.es seront accompagné.es par l’équipe ASH. Pourquoi s’inquièteraient-ils et elles alors ? Tout va bien !

Cependant, quelques affectations de collègues pourront être revues au regard de leur situation familiale ou médicale, ou encore parce que ces collègues acceptent d’exercer en ASH.

Le SNUipp-FSU a regretté que des affectations en ASH puissent être imposées à des collègues non volontaires, et débutant.es qui plus est. Il en va de même pour les postes de direction et de chargé.es de direction d’école 1 classe.

Le SNUipp-FSU est aussi intervenu sur deux situations particulièrement sensibles :

  • Une collègue revenant de Congé Longue Durée que l’administration a oublié de prévenir de la perte réglementaire de son poste et de son obligation de participer au mouvement.

Cette collègue reprenant à la rentrée n’a pas pu bénéficier de la majoration de 600 points prévue qui lui aurait permis de postuler sur son ancien poste et se retrouve donc sans affectation.

L’administration lui propose deux mi-temps dans le même secteur que son poste antérieur, mais cela ne compense pas le préjudice subi. Pire, un personnel de l’administration a osé lui reprocher son absence. Le SNUipp-FSU est intervenu pour dénoncer de tels agissements au nom de l’administration. La secrétaire générale a dit « assumer » ce grave manque de respect dû à l’ensemble des personnels. Chacun·e appréciera la clémence et le soutien témoigné à un personnel de la DSDEN... Lorsqu’il s’agit d’un personnel d’une école, on a vu l’administration bien moins conciliante et protectrice envers les enseignant·es... Deux poids, deux mesures en quelque sorte. En cas de propos déplacé de la part de la hiérarchie ou des services, contactez sans attendre le SNUipp-FSU 72.

  • un collègue victime d’une fermeture postule sur son école, un poste se libère, mais ce n’est pas lui qui l’obtient, malgré ses 600 points de bonification !

En effet, une collègue ayant un barème inférieur est affectée par l’algorithme, dans le cadre du vœu géographique qui inclut les classes dédoublées.

Placée devant cette incohérence, l’administration refuse de reconnaître l’injustice manifeste engendrée par « l’algo » (comprendre algorithme déshumanisant !) et indique qu’il ne peut pas y avoir de modification d’affectation. Cependant, le SNUipp-FSU (tout en rappelant son opposition au principe des postes spécifiques) a insisté, est revenu à la charge à de multiples reprises en argumentant que ni l’un ni l’autre des enseignant.es concerné.es n’a passé l’entretien postes spécifiques pour les classes dédoublées, et qu’il n’y a donc aucune raison pour que la règle du barème ne s’applique pas.En fin de compte, la DSDEN concède un ré-examen de la situation. Affaire à suivre... Le SNUipp-FSU acte positivement cette ouverture de la part de la SG, car son propos a été de mettre en lumière l’intérêt de toutes les parties dans cette situation UBUESQUE !

Composition des postes de Titulaires Secteur

Le SNUipp-FSU 72 a exprimé l’inquiétude des collègues Titulaires Secteurs qui ne connaissent pas en ce dernier jour d’école la composition de leur poste et celle des personnels des écoles qui attendent de connaitre la personne qui fera leur complément de service. Loin de partager cette inquiétude, la DSDEN a indiqué que la composition des postes serait connue avant la fermeture de la DSDEN le 23 juillet.
Le SNUipp-FSU s’est ému d’une date aussi tardive qui implique que les écoles seront fermées, les directrices et directeurs en vacances et donc pas censés lire les mails ( ils et elles ont en effet droit comme tout.e salarié.e à la déconnexion !). Les titulaires secteurs ne pourront donc pas contacter les collègues qu’ils et elles complètent pour obtenir les informations indispensables (niveau de classe, jour(s) souhaité(s), organisation de la semaine de classe). Ce retard désorganise les écoles, met sous pression et plonge dans l’inquiétude les collègues.
La Secrétaire Générale a reconnu que la situation est problématique mais a ajouté que ce travail devait être fait de façon sereine et ne pouvait pas être précipité... On ne peut que déplorer que ce que la DSDEN considère comme une façon sereine de travailler se traduise par une nouvelle détérioration des conditions de travail dans les écoles, car pour des dizaines de titulaires secteurs, les vacances ne commencent pas du tout dans la sérénité !

Propos final du SNUipp-FSU 72

Bien sûr, l’organisation d’un service public suppose des engagements forts des agentes et des agents pour couvrir correctement le territoire en écoles.

La logique de mission, qui sépare emploi et rémunération, fait la force de la Fonction Publique par rapport à l’emploi contractuel, en se donnant les moyens d’affecter des fonctionnaires sur les postes.

Mais aucun engagement ne doit être aveugle, même pas celui militaire (qui n’est pas le nôtre), alors à fortiori celui des métiers de l’éducation que nous exerçons.

L’engagement de nos collègues serait d’autant plus fort si l’information, le calcul complexe que cela suppose, étaient de nouveau partagés et travaillés par leurs représentantes et représentants, dans un esprit d’intelligence collective et partagée entre services et représentation des personnels.

Autant d’éléments que la loi de la Transformation Publique a mis en péril. La FSU continuera donc à en exiger l’abrogation.

Dernière minute :

Nous apprenons en début d’après midi que 3 des collègues dont le SNUipp-FSU a défendu le recours le matin même, ont obtenu une affectation correspondant à leurs vœux sur des postes restés vacants à l’issue du mouvement ou devenus vacants depuis.

Adhérer au SNUipp-FSU 72, c’est défendre une certaine idée de l’École, c’est soutenir un collectif dans la défense des intérêts matériels et moraux des agent·es des écoles sans jamais les opposer à ceux des élèves et des familles et en y liant les questions de pédagogie et de société. On lâche rien et on compte sur vous !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72