Retour accueil

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Appel du 23 septembre 2021

mardi 28 septembre 2021

Le 23 septembre fut un échec historique par la faiblesse de la mobilisation des professionnel-les de l’éducation. Le constat est là. La centaine de présent-es s’est réunie et a produit, par sa réflexion commune, les conditions et contenus du texte qui suit : Les raisons du mécontentement s’expriment dans les structures scolaires : Épuisement, surcharge mentale, colère, conscience large que les politiques menées vont dans le sens d’économies sur le dos de l’enseignement public et laïque.

Le 23 septembre fut un échec au regard de la faiblesse de la mobilisation des professionnel-les de l’éducation. Le constat est là.
Les grévistes présent·es à l’AG se sont interrogé·es sur les raisons de cette faible mobilisation et adressent aujourd’hui ce message à l’ensemble des professionnel-les de l’éducation.

https://peertube.stream/w/8XHQCxh8f...

• A celles et ceux qui pensent que les problèmes à régler sont locaux...
...Nous disons que les problèmes d’une école, d’un établissement sont ceux de toutes les écoles et de tous les établissements. Ce gouvernement prépare la privatisation de l’école, en individualisant les problématiques des écoles qui sont de fait mises en concurrence.
Les conséquences sont dramatiques : c’est une remise en question du fondement de la République laïque et de l’existence d’une pensée commune.

https://peertube.stream/w/rFiDL2wzX...

• A celles et ceux qui subissent en silence les multiples injonctions mettant à mal leur expertise professionnelle…
… Nous voulons citer Bernard Friot : « Savoir dire non quand c’est utile c’est honorer le statut de la fonction publique »
Nous disons aussi qu’oser réagir est plus simple à plusieurs, plus simple quand nous sommes organisé-es. Nous disons que la désobéissance est une vertu pour l’institution et pour les personnels.

https://peertube.stream/w/nzgZymwF3...

• A celles et ceux qui n’ont pas le temps, qui n’aiment pas parler politique et qui craignent le conflit…
...Nous disons que prendre du temps pour échanger, c’est le seul moyen pour recréer du collectif dans les équipes. Cela permet de déjouer les fractures et les oppositions, de rompre l’isolement des résistances, et enfin d’être plus serein, plus sereine, plus libre, déjà dans son travail.
Roland Gori le rappelle : « La liberté n’existe pas si elle n’est pas d’abord liberté au travail »

https://peertube.stream/w/uygh8rbUx...

• A celles et ceux qui ont un sentiment d’impuissance et qui pensent que la grève est inutile,

...Nous disons que dénoncer les problèmes au sein des équipes, c’est positif mais que ça n’arrête pas les projets du gouvernement en cours.
Se faire entendre dans son collectif de travail par le biais syndical, c’est une étape essentielle.
Se mettre en grève collectivement reste la façon la plus efficace d’imposer un rapport de force.
… Nous disons aussi que l’histoire sociale de notre pays a montré que les victoires sur la pauvreté, sur l’exploitation au travail, pour le droit à la santé, à la retraite, aux loisirs, aux congés ont été gagnés par la grève massive.

https://peertube.stream/w/sHnAQAQHE...

• A celles et ceux qui pensent que nous sommes voué-es à perdre les combats sociaux.
… Nous disons que l’exigence de gagner à coup sûr est déraisonnable mais qu’on est sûr de perdre en ne participant pas.
… Nous disons aussi que les défaites permettent de freiner les élans du pouvoir, et que si les combats n’avaient pas eu lieu, les réformes auraient été pires.

https://peertube.stream/w/qhr6acUzx...

• A celles et ceux qui disent que la grève coûte cher…
… Nous disons que la poursuite des réformes engagées coûtera plus gravement et plus durablement qu’une perte d’argent.

https://peertube.stream/w/1ibRgciGm...

• A celles et ceux qui pensent qu’il n’y a rien à faire d’ici les présidentielles,

… Nous disons qu’au contraire, abandonner la rue en ce moment, c’est donner des ailes aux politiques les plus régressives pour des années,

https://peertube.stream/w/qhr6acUzx...

• A celles et ceux qui pensent que notre discours est alarmiste et que nous ne sommes pas dans une situation d’urgence…

Nous leur rappelons ce qu’est la loi Rilhac (adoptée à l’assemblée le 29 septembre et votée par le Sénat le 20 octobre prochain) :

  • c’est la création d’une autorité fonctionnelle de la directrice ou du directeur d’école,
  • c’est la fin du fonctionnement collégial de l’école, avec pour conséquence la mise à mal des conseils des maîtres·esses, lieu de débats et de démocratie au sein des écoles,
  • c’est un temps de décharge décidé arbitrairement par la/le DASEN,
  • ce n’est pas la création d’un statut de directeurs/directrices mais une délégation de compétences attribuées ou retirées à tout moment par l’IEN,
  • ce n’est pas une aide administrative supplémentaire, celle-ci étant laissée à l’appréciation des communes,
  • enfin, c’est une surcharge administrative pour les directeurs et directrices qui devront rendre des comptes à leur IEN et à la commune. 

Nous disons une chose simple : discutons, questionnons, construisons, et participons au mouvement de grève et de manifestation le 5 octobre 2021.
Plus la lutte est large, plus elle est forte, plus elle est apte à donner le signal d’un sursaut démocratique.

Nous, salarié-es, citoyens et citoyennes, chacune, chacun, en avons l’impérieux besoin.

Soyons toutes et tous en grève, dans la rue le 5 octobre.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72