Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carriere   / Carte scolaire (CDEN, CTSD)  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Carte scolaire 2022 - Une dotation nationale en trompe l’œil !

mercredi 15 décembre 2021

La répartition nationale des postes maintenant est connue. Il reste à savoir ce que sera la répartition de ces postes au sein de l’académie de Nantes.

Cette information sera dévoilée début janvier 2022 au cours du prochain CTA.

Nous reviendrons vers vous en janvier via l’enquête en ligne carte scolaire. Le CTSD 1er degré se tiendra en janvier/février 2022.

Ce 15 décembre, au cours du Comité Technique Ministériel, le ministre a présenté la répartition de la dotation en postes pour chaque académie.

Le budget 2022 montre qu’il n’y a aucune création de postes. Le Ministère déclare de son côté 1965 postes supplémentaires qui dans le 1er degré ne peuvent reposer que sur des contractuel·les. C’est la contre-réforme de la formation initiale qui permet au Ministre d’envoyer à temps plein dans la classe des titulaires du Master MEEF sans qu’elles et ils soient fonctionnaires stagiaires.

Pour la rentrée 2022, ce sont 2025 « moyens d’enseignement » qui sont annoncés nationalement pour le 1er degré. Parmi ceux-ci, 300 moyens sont mis en réserve « pour faire face aux ajustements qui s’avéreraient nécessaires en cours de gestion ».

Attention, le Ministre de l’E.N.plus occupé [1] à rendre des centaines de millions d’euros sur le budget qui lui est alloué] ne parle plus de « postes » créés mais de « moyens d’enseignement ». Cela change profondément les choses car il s’agit à travers cet artifice de communication de masquer l’absence de création de poste y compris dans le 1er degré !!!

Nous vous l’avions indiqué et avions alerté : la loi de transformation de la fonction publique est une loi de destruction de la FP !

Les faits s’accumulent et sont là, sous nos yeux. Les contractuel·les deviennent peu à peu la règle ordinaire et le statut de fonctionnaire et ce qu’il garantit [2] pour les usager·ères vole en éclat !

Or, la contractualisation n’est pas à prendre à la légère. C’est une très lourde et profonde attaque contre le service public d’Éducation, contre la qualité de service rendu aux élèves et à leurs familles.

Les 2025 « moyens d’enseignement » sont répartis ainsi :

Académies Dotation   Académies Dotation
Aix-Marseille
+ 111
  Nancy-Metz
+10
Amiens
+ 5
  Nantes
+ 40
Besançon
0
  Normandie
+ 10
Bordeaux
+ 81
  Nice
+ 95
Clermont-Ferrand
+ 5
  Orléans-Tours
+ 10
Corse + 10   Paris
0
Créteil
+ 210
  Poitiers
0
Dijon
0
  Reims
0
Grenoble
+ 87
  Rennes
+ 10
Lille
+ 20
  Strasbourg
+ 22
Limoges
0
  Toulouse
+ 60
Lyon
+ 90
  Versailles
+ 313
Montpellier
+ 86
 

France métropolitaine : + 1280
Guadeloupe
0
  Mayotte
+ 189
Guyane
+ 127
  Réunion
+ 69
Martinique
0
   
DOM : + 385
Sous TOTAL : + 1 665
Réserve* + 300
Emploi IEN 1er degré** + 60
TOTAL : + 2025

*Réserve de 300 postes « pour faire face aux ajustements qui s’avéreraient nécessaires en cours de gestion, notamment en raison des aléas démographiques ».
**Emploi IEN : il devrait être employé à évaluer l’instruction en famille et hors contrat... Soit au dépend de moyens consacré à l’Éducation Nationale.

Le SNUipp-FSU est actuellement reçu lors de différentes audiences pour faire valoir des moyens supplémentaires qui n’opposent ni les écoles et territoires ni les élèves entre eux et elles.

Le SNUipp-FSU est le seul syndicat à défendre pied à pied l’ensemble des écoles. Ses représentant·es refusent toute connivence et toute allégeance à qui que ce soit.

Avec une dotation de 40 « moyens d’enseignement » pour le 1er degré pour l’académie de Nantes, il y a fort à parier que pour limiter à 24 les GS/CP/CE1 et limiter à 15 élèves les classes des GS/CP/CE1 entre REP/REP+ et l’augmentation des décharges de direction, de nombreuses écoles notamment rurales soient à nouveau sommées de rendre des postes et de fermer des classes.

Si l’on y ajoute les besoins considérables au sujet de l’enseignement spécialisé (RASED, ULIS, IME, SEGPA), alors une nouvelle fois, les comptes d’apothicaire du Ministre Blanquer ne tromperont personne, une fois les cartes scolaires départementales arrêtées.

Voilà à quoi vont servir les « 300 moyens » supplémentaires... À tenter d’éteindre les légitimes colères qui s’exprimeront face aux fermetures de classes.

La crise sanitaire montre et démontre chaque jour à quel point les services publics sont indispensables. Pourtant, que ce soit dans la Santé ou l’Éducation, force est de constater que ce gouvernement poursuit froidement et mécaniquement sa casse des solidarités et des droits et fermant des classes et des lits.

Aussi, seules des mobilisations collectives et coordonnées des personnels des écoles comme des parents d’élèves pourront faire entendre les légitimes revendications concernant des services publics de qualité.

Vous trouvez que l’Éducation coûte cher... Essayez-donc l’ignorance, avertissait Abraham Lincoln.

Notes

[1] et à chasser d’hypothétiques sorcières wokistes au sein de l’EN

[2] Rappelons que c’est le service public et seulement lui qui assure à toutes et tous les citoyen·nes la garantie pour leurs enfants de pouvoir les scolariser dans des écoles de proximité et de qualité. Un·e contractuel·le peut légitimement démissionner du jour au lendemain et laisser les élèves et leurs familles sans recours. Le statut de la Fonction Publique empêche cela.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72