Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / Droits des personnels  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

La FSU 72 lance une alerte sociale pour la rentrée de janvier

vendredi 31 décembre 2021

Cynisme et inaction

En réponse à l’envolée épidémique actuelle (+ de 200 000 cas positifs/jour), le ministère de l’EN n’a pris aucune mesure sérieuse.

La non fermeture des écoles est brandie de façon totalement dogmatique, quand rien n’a été fait pour adapter durablement l’École depuis maintenant deux ans.

Sanctuariser l’école sans la sécuriser constitue un crédo dangereux pour tout dire déraisonnable.

Aujourd’hui, le taux d’incidence des 6-10 ans se maintient à un niveau élevé inédit [1].

Le variant Omicron, beaucoup plus contagieux, est en train de supplanter le variant Delta qui reste actif. Les épidémiologistes s’accordent sur le rôle moteur des écoles dans la circulation épidémique. Pourtant, le Ministre de l’Éducation Nationale ainsi que l’ensemble du gouvernement persiste dans leur déni de la réalité en refusant tout investissement dans l’École Publique alors que comme à l’hôpital, la situation l’exige et l’impose.

Dans ces conditions, il est impensable d’envisager de reprendre l’école le 3 janvier « comme si de rien n’était ».

La FSU 72 dépose en ce sens une alerte sociale départementale.

Face à la gravité de la situation, la FSU 72 [2] dépose une alerte sociale départementale, et s’adresse publiquement aux autorités pour exiger la mise en place de mesures indispensables à une reprise de l’École publique la plus sûre possible.

Cynisme et inaction - La FSU 72 lance une alerte sociale

En réponse à l’envolée épidémique actuelle aucune mesure sérieuse n’est prise. La non fermeture des écoles est brandie dogmatiquement, quand rien n’a été fait pour adapter durablement l’école depuis maintenant deux ans.

Sanctuariser l’école sans la sécuriser constitue un crédo dangereux pour tout dire déraisonnable.

Aujourd’hui, le taux d’incidence des 6-10 ans se maintient à un niveau élevé inédit au-dessus des 800 cas pour 100 000 enfants testés malgré les vacances et une baisse du dépistage. Le variant Omicron, beaucoup plus contagieux, est en train de supplanter le variant Delta qui reste actif. Les épidémiologistes s’accordent sur le rôle moteur des écoles dans la circulation épidémique.

Dans ces conditions, il est impensable d’envisager de reprendre l’école le 3 janvier comme avant.

Les conséquences des contaminations actuelles et à venir touchent de plein fouet un système de santé pré-affaibli par des années de gestion austéritaire publique. Elles frappent gravement, pour une part mortellement, les malades d’aujourd’hui et celles et ceux de demain.

Protéger l’école, c’est également protéger la société dans son ensemble.

Alors que, selon les projections du Conseil Scientifique, un tiers des enseignants et enseignantes devrait être touché-es par le COVID en janvier, l’appel aux néo retraité·es et la recherche de personnels contractuel-les sont des réponses dérisoires qui confirment le délaissement structurel de l’école publique, à l’œuvre depuis bientôt cinq ans sous la responsabilité pleine et entière du gouvernement ; délaissement que la gestion calamiteuse de la pandémie depuis deux ans ne rend que plus éclatant.

La “Continuité pédagogique” à distance, tant de fois mise en avant par le ministre, est un leurre. C’est tout simplement la continuité du service public en charge du droit à l’éducation qui est gravement compromise en cette rentrée.

Les solutions alternatives sont connues et avancées depuis de nombreux mois :

  • améliorer, par action directe de l’état, l’aération des locaux avec une systématisation des capteurs CO2, des travaux de ventilation mécanique et si besoin l’équipement en purificateurs d’air ; si les collectivités locales n’assument pas leurs responsabilités en ce domaine, c’est à l’État de s’y substituer sans attendre.
  • organiser des tests de manière systématique et hebdomadaire pour tou-tes les élèves et les personnels comme cela se pratique en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Autriche ;
  • fournir aux élèves comme aux personnels des masques protecteurs comme le fait par exemple l’Italie en dotant les personnels de masques FFP2.
  • Sur le long terme recruter suffisamment (donc massivement) des personnels et augmenter les surfaces des locaux scolaires pour réduire les effectifs dans les classes. Cela passe par une toute autre carte scolaire que celle qui s’annonce sans aucune création de poste.

Il est enfin incompréhensible, si les protocoles ont une pertinence, que le retour en classe s’effectue sous niveau 2 alors que le nombre de contaminations a explosé. Le niveau 3 doit être activé sans attendre.

Il n’y a aucune fatalité à ce que nous restions dans le marasme sanitaire que nous connaissons, succession de vagues épidémiques, et d’urgences de circonstance, qui déshumanisent les relations et portent atteinte aux libertés.

Comme en d’autres temps de l’histoire, l’heure est à un plan ambitieux pour garantir une société de la mise en présence, de l’échange, de la protection sociale, de la santé et de la recherche. Une société démocratique, sociale, à la hauteur de la transition écologique indispensable.

La FSU 72 dépose en ce sens une alerte sociale départementale.

Face à la gravité de la situation, la FSU 72 s’adresse de façon solennelle à votre autorité pour mettre en œuvre à votre niveau, et pour exiger publiquement du gouvernement, la mise en place de ces quatre mesures indispensables à une reprise de l’École publique la plus sûre possible.

Alerte sociale adressée à la DSDEN 72, aux communes de Sarthe, au Conseil Départemental, à la Préfecture de Sarthe et au Conseil Régional.

Fédération Syndicale Unitaire 72
Éducation – Recherche – Culture – Travail – Emploi – Justice – Territoriale

29 place d’Alger – 72000 LE MANS – 02.43.43.86.21 – Émail : fsu72 fsu.fr

A retrouver sur le site de la FSU 72

Voir en ligne : A voir aussi Alerte Sociale Nationale du SNUipp-FSU

Notes

[1] au-dessus des 800 cas pour 100 000 enfants testés malgré les vacances et une baisse du dépistage

[2] qui regroupe 18 syndicats dont le SNUipp-FSU72

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72