Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / Droits des personnels  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Rentrée du 3 janvier : l’école abandonnée - Le ministère dans le déni de réalité

dimanche 2 janvier 2022

Le SNUipp-FSU a été reçu au ministère dans un contexte épidémique hors du commun.

Aux questions posées, fruits de la connaissance du terrain par ses représentant·es et des nombreuses remontées des différents départements... Peu voire pas de réponses.

Face à cette situation inacceptable, le SNUipp-FSU maintient ses revendications et dépose une alerte sociale.


Une réunion entre les organisations syndicales et le ministère s’est tenue le jeudi 30 décembre dans un contexte hors du commun : en effet, plus de 200.000 cas positifs quotidiens sont déclarés depuis le 29 décembre.

Malgré des alertes répétées et sans aucune réponse de sa part, le ministère semble se satisfaire du mode dégradé qui existait avant les vacances et refuse de prendre la mesure de la réalité de terrain et les mesures qui s’imposent.

Pire encore, le ministre décide d’abandonner la règle de la fermeture de la classe à partir de 3 cas positifs, c e qui rend l’appréhension de cette reprise avec le variant Omicron encore plus grande.

Un Ministère complètement hors sol…

Si le ministère assume le maintien du niveau du protocole, il précise que toutes les décisions sont prises selon les directives des autorités de santé.

Concernant l’aspect purement sanitaire, le ministère confirme qu’en décembre les contaminations étaient plus importantes à l’école primaire : pour la dernière semaine avant les vacances, 62 % des cas y étaient recensés.

Le ministère a donc décidé de maintenir le protocole actuel au niveau 3 pour la rentrée de janvier. C’est une forme de « stabilité » qui est choisie sauf pour la règle des cas contacts et des sorties, ainsi que pour les fermetures de classes à partir de trois cas positifs, qui sont abandonnées.

Cela a fait l’objet d’une actualisation de la FaQ le 31 décembre 2021, puis le 2 janvier 2022 (veille de la rentrée)

PDF - 504.8 ko
Foire Questions 2 janvier 2022

Extraits de la FAQ à apprécier à la mesure du déni de réalité qui est imposé à l’ensemble des personnels des établissements scolaires tout autant qu’à leurs élèves :

Fermeture de classe ou d’établissement

Au sein des écoles maternelles et élémentaires, et dès lors que seuls sont admis des élèves justifiant d’un test ou d’un autotest négatif tous les deux jours, il n’y a plus lieu de fermer automatiquement la classe si trois cas positifs sont identifiés.
Toutefois, en fonction de la situation, en présence par exemple d’un très grand nombre de cas, et d’une analyse partagée entre les différents acteurs prenant part à la gestion de la situation (éducation nationale, ARS, préfecture), des mesures de gestion supplémentaires dont, par exemple, la décision de suspension de l’accueil de tous les élèves d’une classe, d’une école ou d’un établissement scolaire ou la mise en place d’une opération de dépistage ciblée, peuvent être décidées.

Nouvelles règles d’isolement

PNG - 146.7 ko
règle isolement enfants
PNG - 179.5 ko
règles isolement adultes

Désinclusion des élèves d’ULIS

A partir du niveau 3 / niveau orange du protocole sanitaire et afin de limiter les brassages, les élèves en situation de handicap dans le premier degré, bénéficiant de dispositifs inclusifs (ULIS, UEE…) suivent tous les enseignements avec le même groupe d’élèves (soit dans leur classe d’inscription, soit dans le dispositif en fonction de leurs besoins spécifiques).

Réunions entre personnels

Les réunions entre personnels organisées en présentiel au sein d’une école ou d’un établissement scolaire sont-elles autorisées ?

Les réunions doivent de manière prioritaire être organisées à distance par l’usage de visioconférence, audioconférence ou encore des espaces numériques. Si une telle organisation n’est pas possible, elles peuvent se tenir au sein d’une école ou d’un établissement scolaire dans le strict respect des gestes barrières, notamment le port du masque, les mesures d’aération/ventilation des locaux ainsi que les règles de distanciation.

Sorties et voyages scolaires

Les sorties et voyages scolaires sont-ils autorisés ?
Les sorties scolaires sans hébergement (théâtre, musée, cinéma …) et voyages scolaires avec nuitée(s) ne sont pas interdits.

Au regard du contexte épidémiologique prévalant à la date du 3 janvier 2022, il est toutefois vivement recommandé de reporter les sorties scolaires comportant des activités en espace clos (théâtre, musée, cinéma …), celles se déroulant à l’air libre (promenade en forêt, course d’orientation …) pouvant naturellement être maintenues. S’agissant des voyages scolaires, il est également conseillé de les reporter dans la mesure du possible.

Autres annonces

  • Concernant les remplacements, le Ministère envisage une possible difficulté dans le remplacement des personnels et prévoit de recruter des contractuel·les et de rappeler de jeunes retraité·es volontaires
  • Le ministre annonce dans la presse le 2 janvier que toutes les autres causes d’absence que la maladie, comme les formations continues, seront suspendues et que des consignes ont été données pour alléger tout ce qui n’est pas lié à la crise sanitaire (réunions en présentiel, formations).
  • En matière d’équipement, la rue de Grenelle précise que les préfets vont agir pour « obliger » les communes à équiper les écoles en capteur de CO2.
  • La question du jour de carence, suspendu actuellement pour les agents publics en congé maladie dû au Covid-19 jusqu’au 31 décembre 2021, n’est toujours pas revue.
  • Enfin, le ministère conclut par une annonce essentielle : l’interdiction de manger ou boire du café debout dans les salles des maîtres !!!

Dans la FàQ du 2 janvier, ce sont les moments de convivialité (voeux, galettes…) qui doivent désormais être prohibés. En effet, ces derniers, par leur nature même, ne permettraient pas le respect en continu des gestes barrières. Quid des repas dans les cantines scolaires ?

Pour le SNUipp-FSU 72, la chose est très claire.

Peu importe ce qu’il se passe dans les écoles, peu importe la mise en danger des personnels comme des élèves, peu importe les dysfonctionnements des écoles et le manque de moyens abyssal...

Du moment que les parents sont « au boulot » parce que leurs gosses sont « gardés » et que surtout, surtout, le CAC 40 poursuit son envolée, alors tout va bien !

Le SNUipp-FSU a déposé une alerte sociale pour permettre aux personnels de se mobiliser, y compris par la grève, selon l’évolution de la situation sur le terrain.

Des exigences toujours plus légitimes

A la veille de la rentrée, de nombreuses zones d’ombres persistent. La FaQ vient d’être actualisée (soit juste avant la rentrée), encore une preuve du peu de cas fait au vécu dans les écoles.

  • Pour le SNUipp-FSU, il faut au plus vite revenir à la règle de fermeture de la classe au premier cas de Covid. La doctrine actuelle a montré en décembre que le délai d’incubation provoquait de nouveaux cas positifs. Cela sans compter les difficultés actuelles d’accès aux tests. Le SNUipp-FSU rappelle par ailleurs son opposition totale au cumul présentiel/distanciel.
  • Une énorme inquiétude perdure sur la question des remplacements. En effet, le conseil scientifique annonce un tiers des enseignant·es touché·es par le COVID d’ici quelques semaines, il va donc y avoir des classes sans enseignant·es. La demande du SNUipp-FSU est de faire appel aux listes complémentaires jusqu’à épuisement pour des recrutements pérennes : les recrutements de contractuel·les ou des jeunes retraité·es ne sont pas une solution.
    Faut-il rappeler que ce type de recrutement n’a pas trouvé suffisamment de candidat·es l’année dernière ?
    Faut-il rappeler qu’enseigner, déjà en condition ordinaire ne s’improvise pas ! Faut-il rappeler qu’enseigner est un métier ?!?
    Faut-il rappeler que la France est l’un des pays de l’OCDE qui déjà, avant même la syndémie, investissait le moins pour son système scolaire et notamment pour ce qui concerne le 1er degré ?
  • Il s’agit également comme nous le répétons depuis des mois et des mois, d’organiser une campagne de tests systématiques et hebdomadaires pour tous les élèves et les personnels comme cela se pratique en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Autriche.
  • En terme d’équipement, le SNUipp-FSU exige la fourniture de masques FFP2 pour les personnes qui le souhaitent et de masques chirurgicaux pour les personnels comme les élèves. L’annonce d’un équipement en capteur CO2 est une bonne nouvelle mais il repose toujours sur les collectivités. L’État doit reprendre la main et équiper immédiatement toutes les écoles.
  • Enfin le SNUipp-FSU a rappelé la situation très anxiogène vécue par nombre de personnels.

    Il faut donc soulager les équipes. En ce sens il demande :
  • de suspendre toutes les évaluations d’écoles mais aussi les rédactions de projet d’école qui nécessitent de longues réunions en présentiel.
  • d’annuler les évaluations CP de janvier, les classes vont être suffisamment perturbées.
  • de suspendre toutes les actions de formations en présentiel, animations pédagogiques et formations en constellations qui nécessitent du brassage entre les écoles.

Il y a fort à parier que si le Ministère ne trouve pas les moyens pour équiper les personnels en masque FFP2 mais dépense encore des fortunes en tests psycho-techniques navrants et chronophages pour continuer de mentir sur les résultats prétendument positifs de son École de la confiance et de la bienveillance.

Pour bien commencer 2022, soyons sérieuses et sérieux,
Aussi, faisons entendre raison au Ministre Blanquer,
en lui imposant un rapport de force qui va lui plaire :
Pas de protections, pas d’évaluations !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72