Retour accueil

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Annonces Castex : l’épidémie flambe, le gouvernement casse le thermomètre !

mardi 11 janvier 2022

A la veille d’une grève qui s’annonce massive dans les écoles, collèges et lycées, le premier ministre allège le protocole et augmente les risques.

INFOS RIS du 19/01 : changement de lieu et d’heure : voir ici

Le gouvernement a tout à redouter de la grève unitaire du 13 janvier, qui réunit l’ensemble des syndicats de l’éducation (y compris ceux de la hiérarchie), ainsi que les agent.es territoriaux des écoles et établissements scolaires, sans compter les parents d’élèves de la FCPE.

C’est pourquoi le premier ministre s’est invité au JT de 20heures lundi 10 janvier pour tenter de « dégonfler » le mouvement, en jouant la carte de l’opposition parents-enseignants.

Dommage pour lui et pour le ministre Blanquer, la FCPE confirme au lendemain des annonces son soutien aux enseignant·es grévistes et le maintien de son appel à la « journée blanche » et à la manifestation pour jeudi 13 janvier.

Les annonces :

  • Dorénavant les élèves d’une classe où un cas de covid est détecté peuvent rester toute la journée dans la classe,
  • Le test PCR ou antigénique du J0 (jour de contamination) est remplacé par un autotest,
  • Le diagnostic du 1er test et les deux attestations sur l’honneur des parents sont remplacées par une seule attestation parentale,

Notre analyse :

  • Ces annonces ne sont absolument pas de nature à répondre aux inquiétudes des personnels et des parents, ni à leurs demandes de sécuriser les écoles. Il n’est toujours pas prévu par exemple de fournir des masques chirurgicaux gratuits aux élèves ni de FFP2 aux personnels. Des campagnes hebdomadaires de tests salivaires (moins invasifs que les antigéniques ou PCR) ne sont toujours pas à l’ordre du jour dans les écoles et établissements scolaires, de même que la généralisation des capteurs de CO2 ou des purificateurs d’air dans toutes les salles de classe.
  • Le maintien des élèves cas contact toute la journée à l’école va favoriser la contamination d’un plus grand nombre d’enfants, dans les dortoirs, à la cantine, par exemple.
  • Les nouvelles mesures ne vont même pas faciliter la vie des parents puisqu’il faudra trouver 3 autotests au lieu de deux et ce, alors qu’ils sont en rupture d’approvisionnement. De plus, la fiabilité faible de ces tests (40% d’erreurs) relativise grandement leur efficacité.
  • L’utilisation exclusive des autotests permettra par contre de faire artificiellement baisser le nombre de cas positifs puisque les résultats d’autotests ne sont pas, à la différence de ceux des autres tests, déclarés à l’Assurance Maladie.
  • Le gouvernement persiste à faire fi du dialogue social puisqu’il annonce des décisions prises sans consultation des organisations représentatives des personnels et des parents. Pire, toutes les annonces (incessantes !) continuent d’être faites seulement via les médias,
  • Le fait que ce soit le premier ministre qui vienne présenter ces nouvelles mesures pour les écoles et pas le ministre de l’éducation nationale est un camouflet pour ce dernier et montre bien qu’il a perdu tout crédit, aux yeux des personnels comme à ceux des parents d’élèves et de l’opinion publique, et même au sein du gouvernement dont il fait partie.

Pour résumer, avec ces annonces le gouvernement ne répond pas à la colère des personnels des écoles, collèges et lycées, ni des familles.

Il ne tient aucun compte des demandes des personnels et vient d’augmenter les risques qui pèsent sur elles et eux.

Ces annonces irrespectueuses et potentiellement dangereuses ne sont pas de nature à calmer notre colère ni à faire retomber notre mobilisation !

Amplifions encore le mouvement et soyons toutes et tous en grève jeudi 13 janvier !

Réaction de l’association des maires de Sarthe

Face à ce nouveau protocole, l’association des maires de la Sarthe énumère plusieurs incertitudes : « les collectivités seront-elles dotées de suffisamment d’autotests ? Les résultats de ces derniers seront-ils suffisamment fiables ? Comment s’organisera la garde des élèves cas contacts à l’école ? Comment limiter leur brassage avec les autres enfants ? »

Et elle préconise « une politique de souplesse adaptée aux réalités, aux moyens et aux infrastructures des territoires. Privilégions les tests salivaires, moins invasifs, moins contraignants, moins traumatisants pour nos enfants. Ne privilégions pas l’ouverture quoi qu’il en coûte de nos écoles au détriment de ceux qui la font vivre ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72