Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier   / Bilan de Blanquer  


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Attractivité du métier - Les conséquences de la politique Macron/Blanquer

vendredi 13 mai 2022

Le nombre d’admissibles au CRPE 2022 est désormais connu dans 24 académies sur 31. Il est alarmant !

Des académies jusqu’ici « attractives » risquent de ne pas faire le plein ou de ne pas pouvoir constituer de liste complémentaire.

  • Académie de Montpellier : 1,53 [1]
  • Académie de Montpellier : 1,40
  • Académie de Grenoble : 1,22
  • Académie de Dijon : 1,15

Les résultats des épreuves d’admissibilité des candidat.ess au CRPE dans les académies franciliennes seront publiés ce vendredi 13 mai. De longue date, le nombre de candidat.es y est inférieur aux besoins. Il y a tout lieu de penser que cette année, la situation risque d’encore s’aggraver !

Dès lors, impossible de pallier les défections de la liste principale. Avec le recul de la place du concours, c’était prévisible ! (n’était-ce pas voulu même ?!?)

Le bilan du quinquennat Macron/Blanquer pour l’école est catastrophique.

L’école a été attaquée de tous côtés, les personnels fragilisés et méprisés, la profession abîmée. C’est la première fois que le ministère refuse de communiquer les chiffres des inscrits et des inscrites au concours…

En groupe de travail au ministère, il a été indiqué au SNUipp-FSU, sans honte aucune « le nombre d’inscrits est en baisse mais nous cherchons des éléments de communication... » Apparemment, les communicant.es du ministère cherchent encore...

D’après les remontées des sections le taux de présence aux épreuves est historiquement bas avec des salles d’examen souvent aux deux tiers vides.
Le métier n’attire plus et sans une réaction rapide et sérieuse de l’institution, la situation risque d’être catastrophique.

D’après la DARES [2], dans les 10 prochaines années, 329 000 postes d’enseignantes et enseignants seront à pourvoir.

Le gouvernement mise-t-il sur un recrutement massif de contractuel·les ? (au regard de ce que prévoit la Loi de la Transformation de la Fonction Publique, il y a tout lieu de le craindre ! 30% des agent.es devant être à terme des contractuel.les)

Pari risqué quand on sait que les rectorats peinent à trouver des candidat·es. Et qu’il ne sera pas possible de solliciter de listes complémentaires quand elles seront inexistantes ou, au mieux, très rapidement épuisées.

Depuis des années, le SNUipp-FSU alerte et dénonce la crise de recrutement désormais structurelle.

Pour rendre le métier attractif, des pré recrutements massifs doivent être mis en place dans la perspective d’un plan pluri annuel de recrutements. Cela passera aussi par une revalorisation du métier, tant du point de vue salarial que des conditions de travail.

Au-delà des problèmes de recrutement, enrayer l’explosion du nombre de démissions tant chez les néo titulaires que chez les plus chevronné·es nécessite... un changement de politique.

Nombre d’enseignantes et enseignants démissionnent ou demandent une rupture conventionnelle après plusieurs refus de temps partiel, de disponibilité ou de mutation.

Pour le SNUipp-FSU 72, il y a urgence à imposer :

  • une toute autre réforme de la formation initiale,
  • une revalorisation salariale conséquente,
  • une amélioration très nette des conditions de travail et des droits des personnels.

Pour aller plus loin :

SNUipp-FSU : CRPE 2022 : Les répartitions académiques

SNUipp-FSU : Années Blanquer : crise inédite du recrutement

Café péda : La crise du recrutement s’amplifie

Notes

[1] nombre d’admissibles au concours externe

[2] Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

ADRESSE : SNUipp-FSU 72, 29 Place d’Alger 72000, Le Mans Tel : 02 43 77 12 26 Fax : 02 43 23 33 73 Email : snuipp72